Lu dans la presse
|
Publié le 13 Septembre 2021

Procès des attentats du 13-Novembre - Sacha Ghozlan, avocat des parties civiles : "Ne pas céder au populisme judiciaire"

Au-delà de l'émotion et des récupérations politiques, le temps du procès est celui de la vérité judiciaire, rappelle le juriste.

Publié le 9 septembre dans L'Express

J'appartiens à cette génération qui a passé son examen d'entrée à l'école d'avocat lorsque sont survenus les attentats du 13 novembre 2015. Devenu Avocat, j'ai l'honneur de porter la parole aujourd'hui de certaines victimes du terrorisme islamiste. C'est évidemment vertigineux.

Au lendemain de l'ouverture du procès des attentats du 13 novembre 2015 devant la Cour d'assises spécialement composée, je souhaite alerter nos concitoyens sur trois points d'équilibre qui, je le crois, guideront ces neuf mois d'audience.

Malgré tous les superlatifs employés pour qualifier ce procès et le caractère extraordinaire du nombre de parties concernées, les règles qui y seront appliquées seront celles de l'Etat de droit. Les accusés seront défendus par les meilleurs d'entre nous, et pourront faire entendre leurs voix ou bien garder le silence.

Car c'est la force d'une démocratie que d'ériger le droit en rempart à la barbarie, de substituer la violence du crime à la justice républicaine indépendante et respectueuse des principes fondamentaux. Cette vigueur de l'Etat de droit peut se résumer dans l'article préliminaire du Code de procédure pénale : "la procédure pénale doit être équitable et contradictoire et préserver l'équilibre des droits des parties".

Mais par-delà ces grands principes fondamentaux, le drame judiciaire est noué de fragilités qui s'entremêlent. Pendant près de six ans, les victimes ont dû faire face aux souffrances physiques et psychologiques, et au long chemin vers la reconnaissance de leur statut, à travers des expertises médicales, psychologiques, aussi complexes et lourdes que nécessaires.

On peut croire que ce procès sera l'épilogue d'un processus de reconstruction, et qu'il permettra aux victimes de retrouver un rôle de sujet. On imagine parfois aussi qu'un procès peut fournir des réponses. Je le souhaite sincèrement. Mais la réalité judiciaire, est qu'il y a eu, et qu'il y aura encore, probablement, de la déception et des questions légitimes qui demeurent sans réponse. 

Derrière les termes de terrorisme, ce sont des actes bien réels, dans la froideur de leurs précisions qui seront analysés minutieusement. Car derrière ce drame, de nombreuses questions juridiques, techniques et complexes seront analysées pour déterminer le niveau de responsabilité de chacun des accusés.

Face aux terroristes qui ont voulu effacer le visage de l'Autre, nous tenterons, à travers ces audiences de rétablir l'humanité que des terroristes ont voulu détruire en chacune d'eux. Et de rappeler que face à eux, se tiennent des hommes, des femmes, qui en acceptant d'exposer un peu de leurs fragilités participent à la manifestation de la vérité judiciaire.

"Nombreux sont ceux qui perçoivent dans ce procès l'occasion de jouer sur les peurs pour confondre islam et terrorisme"
Dans un procès pénal, on parle de "partie civile". Cette expression a sa part de grandiloquence et d'ambiguïté. Malgré leur nombre, "les parties civiles" ne sont pas une masse informe. En l'espèce, de citoyens, innocents ont été pris pour cible par des soldats d'un dieu fantasmé et dévoyé, précisément parce qu'ils sont citoyens et innocents.

Et en chacun d'eux, réside cette part d'humanité, cette histoire singulière pour laquelle il nous faudra trouver les mots pour l'intégrer dans un récit collectif.

Ils se tiendront debout, avec leurs fêlures, pour dire au monde ce que des hommes sont capables de faire à d'autres hommes. Pour que des hommes en jugent d'autres. D'autres n'auront pas l'envie, le courage, la possibilité ou ne se sentiront pas la légitimité de témoigner, voire de se rendre à ce procès. Leur absence ou leur silence ne devront pas être oubliés. 

Dans l'enceinte du palais de justice, nous devrons écouter ces silences et ces absences. A charge pour les juges antiterroristes de les intégrer dans la décision à intervenir. Car ils participent, eux aussi, de la manifestation de la vérité judiciaire. 

Le défi de ce procès sera enfin de laisser le populisme judiciaire et sécuritaire aux portes du Palais de justice. Repousser loin derrière les murs de ce Palais, une campagne présidentielle au cours de laquelle les visages et les noms des victimes ont d'ores et déjà été instrumentalisés à des fins électoralistes par des candidats putatifs ou déclarés.

Car nombreux sont ceux qui perçoivent dans ce procès pour l'Histoire, l'occasion de jouer sur les peurs pour confondre islam et terrorisme, pour renier nos principes fondamentaux ou propager des vérités alternatives. A nous, citoyens de nous opposer à ces préjugés, à ces raccourcis et au concours Lépine d'une prétendue lutte antiterroriste qui mérite d'être traitée avec sérieux et dignité.

Voici l'immense défi que nous nous apprêtons à relever collectivement, en veillant à ces trois points d'équilibre. Au terme de ce processus de neuf mois, les juges antiterroristes accoucheront d'une vérité judiciaire, à l'abri du vacarme politique mais aux yeux de tous les citoyens. Et alors, je le souhaite, nous pourrons reprendre le cours de nos vies.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.