Etudes du CRIF
|
Publié le 11 Juillet 2006

Etudes du Crif n°5 : Le Front national : état des forces en perspectives Par Jean-Yves Camus

C’est au Front national et à la galaxie des groupuscules de la droite extrême qu’est consacré le cinquième numéro des Études du Crif.
Un thème toujours d’actualité car il ne faudrait pas que l’émergence en France d’un nouvel antisémitisme essentiellement véhiculé par des jeunes d’origine arabo-musulmane sous couvert d’antisionisme, nous fasse oublier la nocivité et la dangerosité d’une formation qui remet en question le fondement même de notre République.

Sous la plume de Jean-Yves Camus, spécialiste reconnu du sujet, un véritable état de l’idéologie et de l’implantation du FN, « premier parti français classable à l’extrême-droite à s’être durablement installé dans la vie politique depuis 1945 », est dressé.

Pourquoi avons-nous demandé à l’auteur de dresser un état des forces, d’observer les mouvances et de livrer un tableau quasi exhaustif de cette galaxie d’extrême droite ? Parce que nous pensons que le Front national, notamment, doit être vigoureusement combattu et qu’à aucun moment la vigilance ne doit se délier. Les institutions juives, remarque l’auteur, ont joué dans la mobilisation anti-frontiste, un rôle éminent. Elles ont quelquefois sur-réagi. Sûrement parce que personne ne voulait ignorer les mots qui furent prononcés par les responsables de ce parti, notamment Jean-Marie Le Pen qui, par exemple, en 1987, avait qualifié l’existence des chambres à gaz de « point de détail de l’histoire. » Plus récemment, cette fois le 11 octobre 2004, résonnent d’autres mots. Bruno Gollnisch, numéro deux du Front, affirme : « quant à l’existence des chambres à gaz, il appartient aux historiens de se déterminer ». Pour sa défense quelques jours plus tard, Gollnisch avance qu’il n'a « jamais nié l'existence des chambres à gaz», tout en reprécisant que « sur les modalités et le nombre de morts, les historiens ont le droit d'en discuter ». Autant de mots qui révèlent de très sérieux maux ; autant de phrases qui agressent et sont comme une insulte permanente.

Pourtant, ce ne sont pas seulement pour ces raisons qu’il faut combattre résolument le Front national et l’extrême droite. L’auteur rappelle à juste titre que les thèses du Front remettent en question le fondement républicain, seul garant de notre vivre ensemble. Cet espace commun est celui de la République une et indivisible. Une République qui ne veut pas distinguer ses enfants, une République qui impose à chacun de penser aux droits et devoirs qui sont le lot de tout un chacun : le devoir de respecter les valeurs de la République, de se poser en citoyen responsable, d’être fraternel à l’égard de son prochain et d’aimer ce pays, le pays des droits de l’homme et de la liberté.

Marc Knobel
 

Cette étude a été mise en ligne grâce à la participation de la Fondation Pour la mémoire de la Shoah.

L'intégralité de cette étude est accessible en cliquant sur le lien ci-dessous: http://www.crif.org/pdf/etude_5.pdf

5

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.