Le CRIF en action
|
Publié le 4 Avril 2012

Beau succès du premier congrès des amis d'Israël en France

Reportage

 

Un millier de personnes s’est retrouvé le mardi 3 avril 2012 à la Maison de la Mutualité pour une soirée de soutien à Israël tout à fait originale : le premier Congrès des Amis d’Israël. Cette soirée était due à l’initiative des Groupes parlementaires d’amitié France Israël à l’Assemblée et au Sénat, avec le soutien d’organisations amies d’Israël (CRIF, ELNET, European Friends of Israel, Fondation France Israël et Association France Israël). Sur la tribune étaient dressés les drapeaux français et israéliens ainsi qu'un chevalet muni d'une grande feuille de papier sur laquelle, tout au long de la soirée, les invités prestigieux et les personnalités de tous bords ont apposé leurs signatures, au bas d'un « Pacte des Amis d'Israël ».

« Pour Alain Juppé, il existe entre la France et Israël une relation particulière, une amitié indéfectible, un lien intime »

Arié Bensemhoun, délégué des Amis d’Israël, a fait observer une minute de silence à la mémoire des victimes des tueries de Toulouse et de Montauban. Le président d'ELNET-France, Pierre Dassas, a ouvert les travaux, passant immédiatement la parole à Nicole Guedj, ancien ministre et présidente de la Fondation France-Israël. Nicole Guedj a notamment insisté sur le fait qu'on parle trop souvent des ennemis d'Israël alors que les amis de l'État juif sont bien plus nombreux. Elle a également donné les grandes lignes d'un sondage IPSOS particulièrement favorable à Israël.

 

Lui succédant, Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères et européennes, a narré avec émotion son récent voyage en Israël, à la suite de la tuerie de Toulouse. « C'est le sang de nos deux pays qui a coulé » a dit le ministre, ajoutant : « L'antisémitisme est contraire à toutes les valeurs de la République ». Pour Alain Juppé, il existe entre la France et Israël une relation particulière, une amitié indéfectible, un lien intime. Pour lui, cette relation entre la France et Israël sort plus renforcée et plus vigoureuse après le drame du lycée Ozar Hatorah. Abordant la question de la menace nucléaire iranienne, le ministre d'État a assuré que « face aux menaces, Israël trouvera toujours la France à ses côtés ».

 

« Nous n'accepterons jamais que l'Iran possède l'arme atomique » a martelé le ministre. Par ailleurs, il a insisté sur le fait que la France n'a jamais baissé la garde contre le terrorisme, ajoutant : « Les tirs contre Israël venant de Gaza sont intolérables et la France les condamne avec force ». Enfin, rappelant le jumelage de Bordeaux dont il est le maire, avec Ashdod, Alain Juppé a terminé sur ces mots : « Vive Israël ! Vive la France ! Vive l'amitié franco-israélienne ».

 

Édith Cresson, qui lui a succédé à la tribune, a choisi d'évoquer des souvenirs personnels et l’ancien Premier ministre a expliqué comment, selon elle, on devient un ami d'Israël.

 

Une première table ronde a suivi cette série d'interventions liminaires. Elle avait pour thème : « Printemps arabe, Iran et Syrie, nouveaux risques, nouveaux défis » et réunissait Alexandre Adler et Michel Taubmann.

 

Puis, ce fut au tour de Manuel Valls, directeur de la communication de la campagne de François Hollande et maire d'Évry, de prendre la parole. Il a choisi de se référer au texte de la proclamation d'Indépendance de l'État d'Israël, par David Ben Gourion. « Ce texte remarquable », a-t-il dit, « est la meilleure défense pour contrer les ennemis d'Israël ». Rappelant la longue tradition des liens entre la gauche, le PS et Israël, qu'il a défini comme une « nation start-up », « grande nation parmi les nations », Manuel Valls a fustigé le boycott d'Israël, qu'il a qualifié d'absurde, critiquant l'UOIF pour le choix de ses invités douteux lors de son prochain rassemblement.

 

Députée maire UMP de Nancy, Valérie Rosso-Debord - après la projection d'un extrait du discours de Nicolas Sarkozy à Villepinte, où le président avait dit avec force son attachement à Israël - s'est élevée contre l'indignation sélective de Stéphane Hessel et de ses amis. « Israël, c'est la démocratie, la prospérité, la stabilité », a-t-elle insisté.

 

Après la projection d'une série de vidéos sur la coopération franco-israélienne dans les domaines les plus divers, Pierre Lellouche, secrétaire d'État au Commerce extérieur, a axé son discours sur son expérience personnelle d'Israël, notant que si « le Kibboutz a changé , Israël réussit remarquablement dans le high-tech » et ajoutant que « la France s'est beaucoup inspirée d'idées israéliennes, comme les pôles de recherche ou la réforme des universités ».

 

« Il faut arrêter de diaboliser Israël », a affirmé le Secrétaire d’État. « Le poison qui est distillé par certains médias et Internet a un effet véritablement dévastateur », a-t-il ajouté.

 

Une deuxième table ronde, sur le thème de « L'indignation sélective »,a réuni Sophie Chauveau, Gilles-William Goldnadel, Jacques Tarnero et Jean-Charles Zarka.

 

Gilles-William Goldnadel a assuré que « Sans les gens qui l'ont encensé, Stéphane Hessel ne serait rien », ajoutant : « Une très grande partie de la presse française accepte cette indignation sélective ».

 

Prenant la parole, Christian Estrosi, ancien ministre et député maire de Nice, a déclaré : « l'histoire d'Israël, c'est l'histoire de notre civilisation tout entière ». Il a fustigé à son tour l'UOIF et a rappelé avec émotion les nombreux voyages d'élèves niçois en direction des camps de la mort.

 

Présidente du Parti chrétien démocrate, Christine Boutin a rappelé le soutien de sa formation à Israël et à la sagesse juive, expliquant : « Israël est une promesse qui vient du fond des âges et qui nous dépasse infiniment ».

 

Après un message vidéo de Jean-François Copé, député maire de Meaux et secrétaire général de l'UMP, Claude Goasguen, député maire UMP du 16ème arrondissement et président du groupe d'amitié France-Israël à l’Assemblée nationale, s'en est pris à une certaine presse et a fustigé la désinformation, estimant qu'il n'est pas admissible que tant de contre-vérités sur Israël soient véhiculées dans les médias. Il a contesté la position de la France pour l'admission de la Palestine à l'UNESCO. Pour rattraper ce qu'il estime être une erreur, il a espéré que la France fera tout ce qui est en son pouvoir pour qu'Israël soit enfin admis au sein de l'Organisation internationale de la Francophonie et a prôné la création d'un Office franco-israélien de la Jeunesse française et israélienne.

 

Deux représentants de la société civile, le pasteur Florence Taubmann, présidente de l'Amitié judéo-chrétienne de France et le docteur Paul Kieusseian, président de Sassoun, association d'amitié entre le peuple arménien, le peuple juif et Israël en présence du rabbin Michel Serfaty, président de l'Amitié judéo-musulmane de France, ont exprimé, à leur tour, leur amour d'Israël.

 

C'est au président du CRIF, Richard Prasquier, qu'il est revenu de conclure la soirée. Il a choisi de le faire en racontant trois anecdotes personnelles très édifiantes et en se félicitant de la forte et saine réaction nationale après le drame de Toulouse.

 

Après de vifs remerciements de Samy Ravel, ministre plénipotentiaire près l'ambassade d'Israël à Paris, les participants ont entonné l'Hatikva et la Marseillaise.

 

Dans le public, on notait, entre autres, la présence de nombreuses personnalités politiques, ainsi que des représentants de la communauté juive. Une dizaine d’organisations étaient partenaires de cette soirée, ainsi que les acteurs de la coopération bilatérale entre la France et Israël.

 

Un joli coup d'essai. Une soirée très réussie. Bravo aux organisateurs!

 

Jean-Pierre Allali

Nos réseaux sociaux en direct

Contrairement à d’autres pays du Moyen-Orient, Israël a des lois libérales sur l'identité sexuelle - Israel, concours de beauté

À l'occasion de la Journée nationale de la Résistance, le 27 mai, hommage à Roger Fichtenberg, une grande figure de la Résistance juive.

Réfugié avec sa famille à 25 km au nord-est de Vichy, Roger Fichtenberg entre en Résistance en 1942 et fonde avec d’autres la "Sixième", la branche clandestine du mouvement des Éclaireurs israélites de France. Depuis Moissac (Tarn-et-Garonne), l’organisation met en œuvre le sauvetage de milliers d’enfants juifs.

Faux papiers, planques, passages de frontières, diffusion de tracts clandestins… Roger brave les dangers en sillonnant la zone Sud. Intégré à l’état-major des FFI du Lot-et-Garonne, il participe à la libération d’Agen où il occupe la préfecture (19 août 1944) et contribue au rétablissement des institutions républicaines.

Roger Fichtenberg a retracé son parcours dans "Journal d’un résistant juif dans le Sud-Ouest", un livre publié dans la Collection Témoignages de la Shoah publiée par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah aux Editions Le Manuscrit.

Témoignage de Roger Fichtenberg :
http://bit.ly/TémoignageRogerFichtenberg

Plus d'information sur la Journée nationale de la Résistance : http://bit.ly/JournéeNationaleRésistance

Rapturously received rocker tells 40,000 in Tel Aviv he could not have asked for ‘a better audience or a nicer place’ to start his European tour

La France et d'autres pays européens ont voté en faveur d'une résolution qui accuse Israël de "violer le droit à la santé" des Syriens.

Apparemment Campagne BDS France - Boycott Désinvestissement Sanctions contre Israël n'est pas très "happy"... on les comprend !
#StopBoycott
#BDSFail

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.