Le CRIF en action
|
Publié le 21 Mars 2012

Toulouse : condamnation unanime, mais refus de tout amalgame

L’horreur. La tuerie de Toulouse nous a brutalement renvoyés à une époque qu’on espérait révolue. Dans cette ville réputée pour sa tolérance, un homme a tué de sang-froid quatre personnes, dont trois enfants, dans une école juive.

il est absolument exclu de faire l’amalgame entre ce personnage et l’islam de France qui est une religion comme toutes les autres religions

Quelques jours auparavant, trois soldats avaient été abattus froidement à Toulouse et à Montauban.

 

Aujourd’hui le moment est celui du chagrin et du recueillement. Que dire ?

 

Chacun d’entre nous ressent profondément dans sa chair cette tragédie nationale.

 

Nos pensées vont aux victimes, qui sont enterrées aujourd’hui, aux blessés et à leurs proches.

 

Le président du CRIF, Richard Prasquier, accompagne, ce mercredi 21 mars 2012, le président de la République à Montauban et à Toulouse.

 

Au moment où nous écrivons ces lignes l’auteur présumé vient d'être arrêté par le RAID.

 

Ce matin, le chef de l’Etat a reçu tout comme hier les représentants du CRIF, du Consistoire central et du CFCM pour leur donner les derniers éléments d’information.

 

Tous ses interlocuteurs ont parlé d’une même voix : condamnation unanime, mais refus de tout amalgame et de toute récupération politicienne.

 

Peu avant l’entretien avec Nicolas Sarkozy, Richard Prasquier avait déclaré : « Notre venue ensemble montre une chose capitale : il est absolument exclu de faire l’amalgame entre ce personnage et la mouvance islamiste… qu’il représente, et l’islam de France qui est une religion comme toutes les autres religions ». Il a ajouté : « Parmi les ennemis de cet homme, il y a justement les Musulmans de France… Cela étant, il faut éviter toute complaisance à l’égard de ces mouvances qui représentent vraiment un danger pour notre République ».

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.