Editorial du président
|
Publié le 6 Février 2013

C'est en hiver qu'il faut venir

 

La neige couvre massivement Cracovie ce matin; la ville déjà superbe en temps habituel ressemble à une station de sports d'hiver au lourd manteau blanc où la brume ferait obstacle à une descente dans la poudreuse. Hier matin, sur la même route il n'y avait pas une trace de blanc. Il a suffi que la neige tombe ce matin entre 5 et 7h pour transformer le paysage, changer de saison et changer de monde. Ce ne sont pas des vacances. J'accompagnais hier le groupe de 25 évêques français et trois évêques espagnols qui, sous la direction du cardinal André Vingt Trois, venait à Auschwitz  Birkenau pour apprendre et essayer de comprendre. 

Richard Prasquier

C'est en hiver qu'il faut venir, pas pour comprendre, car comment comprendre la survie dans de telles conditions, mais pour se stupéfier de ce qu'ont vécu ceux qui ne sont pas entrés directement dans les chambres à gaz

 

Travail indispensable, mais  expliquer Auschwitz est très difficile; les moindres approximations et  confusions  alimentent des ignorances dont on croit trop qu'elles ont disparu quand on est soi-même très impliqué et qu'on pense naïvement que chacun l'est également dans une société où le travail de mémoire s'est tellement développé ces dernières années.

 

Il faisait beau hier pendant la visite. Mais en retournant vers l'aéroport,  je pense à ces hommes et ces femmes qui  ont dû vivre dans la même neige, la même brume, parfois avec des températures descendant à -30°C. Comment ont-ils fait dans leurs baraques à peine chauffées, à peine vêtus, avec le travail harassant, les appels interminables debout sans bouger, les rations de famine?

 

Parfois au printemps Auschwitz et même Birkenau ont un air champêtre. C'est en hiver qu'il faut venir, pas pour comprendre, car comment comprendre la survie dans de telles conditions, mais pour se stupéfier de ce qu'ont vécu ceux qui ne sont pas entrés directement dans les chambres à gaz et dont la durée de survie moyenne dans le camp ne dépassait pas trois mois.

 

Richard Prasquier

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.