Editorial du président
|
Publié le 17 Avril 2013

Retour a Varsovie

 

Ce matin je suis à Varsovie où une délégation du CRIF va participer à la commémoration du 70e anniversaire de la révolte du ghetto, ainsi qu'à l'inauguration du Musée des Juifs de Pologne. Hier j’étais à Jérusalem où les participants à la Marche des Vivants de retour de Pologne fêtaient Yom Haatzmaout devant le Mur du Temple. Ces jeunes, venus d’Israël et de la Diaspora, je les avais déjà accompagnés la semaine dernière lors de l’hommage à Ben Gourion à Płońsk.

 

La symbolique de ces manifestations entrecroisées entre la destruction et la renaissance relève du hasard des calendriers (Yom Haatzmaout se commémore d’après le calendrier lunaire hébraïque et la révolte du ghetto de Varsovie suivant le calendrier grégorien). Elle est accentuée par l’inauguration du Musée des Juifs de Pologne.

 

Elle aurait dû se dérouler dans un complet climat de confiance et de quiétude qui témoignerait des progrès considérables qu’a faits depuis quelques années en Pologne l’historiographie de la guerre et la reconnaissance de la spécificité de la Shoah, l’intérêt tout nouveau porté à la vieille présence juive du pays, l’exigence de respect envers les Juifs sur les traces de Jean Paul II, le héros national,  la disparition des partis populistes antisémites comme la Ligue des familles juives, la moindre influence de Radio Marya, la grande radio véhiculant les stéréotypes judéophobes traditionnels, l’émergence d’une nouvelle génération de Polonais mieux immunisée contre l’antisémitisme et enfin la présence d’une petite mais active communauté juive dont plusieurs membres ont une place respectée dans le paysage intellectuel ou moral du pays.

 

Tout cela est indiscutable, mais de nombreux signes indiquent que la partie est encore loin d’être gagnée.

 

D’après un sondage effectué en mars auprès de 1250 élèves des écoles secondaires de Varsovie, 44% n’aimeraient pas avoir de Juif dans leur classe. Ils ne risquent guère d’ailleurs de subir cette  terrible épreuve et il est douteux qu’ils aient pour la plupart rencontré un seul Juif dans leur vie…

 

Tout cela survient alors qu’un historien, M. Jasiewicz, vient de déclarer que les Juifs ont collaboré eux-mêmes à la Shoah : c’est de nouveau la polémique des Judenrat qui renaît comme arme antisémite, alors qu’il s’agit d’un point d’histoire bien étudié dans toute sa complexité et qui est une fois de plus misérablement utilisé pour vilipender les Juifs sous couvert d’histoire scientifique.

 

Tout cela alors que la pénible question des spoliations n’a pas eu de solution digne contrairement à ce qui avait été espéré et promis.

 

En même temps, une controverse a lieu ces jours-ci à Varsovie sur le lieu où devrait se trouver un monument en l’honneur des Justes polonais (rappelons que la Pologne est le pays qui a donné le plus grand nombre de Justes et plus encore le plus grand nombre de Justes assassinés pour leurs actions de sauvetage) : dans le ghetto ou dans la ville elle-même pour ne pas le cantonner au « lieu juif », celui  où se trouvent le Monument du ghetto et le Musée des Juifs de Pologne ?

 

Il y a ceux qui honorent les Justes pour leurs actions magnifiques, il y a ceux qui profitent de l’existence  de ces Justes pour prétendre que la Pologne n’a pas aucunement à analyser l’antisémitisme national qui était massivement la règle au cours de la seconde guerre mondiale.

 

C’est pourquoi, le combat contre les préjugés antisémites passés et présents est très nécessaire. Le nouveau Musée vient à une époque charnière.

 

Pour moi, qui compare la situation avec ce qu’elle était quand je suis revenu pour la première fois en Pologne, il y a exactement vingt ans, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la révolte du Ghetto, je peux dire, malgré les déceptions que le chemin accompli est considérable et à certains égards inespéré.  La lutte reste longue, mais le point important est que les Juifs ne sont pas les seuls à l’entreprendre: beaucoup de polonais sont aujourd’hui  au premier rang de ce combat pour la connaissance, le respect et l’amitié avec les Juifs, cette composante essentielle, si souvent occultée, méprisée ou honnie de l’histoire polonaise. Il faut rester optimiste.

 

Richard Prasquier

Président du CRIF

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.