Sophie Taïeb

Bloggueuse et rédactrice

Les chroniques culinaires - Tous gagas du Baba Ganoush !

18 Décembre 2020 | 196 vue(s)
Catégorie(s) :
Israël

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Un ouvrage sympathique et émouvant à découvrir.

Une grande passion pour Israël et pour le peuple juif.

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

D'abord on critique, puis on dénie et pour finir on adopte. Laissons le temps au temps.

Conflit israélo palestinien, traitement médiatique, crise de l'information : analyse

Pages

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires ! 

Cette semaine, on vous parle d’un plat qui a plusieurs vertus : il est original, savoureux, plutôt sain, et vous transportera en deux bouchées à Tel Aviv. Qui dit mieux ?

Ce plat, à base d’aubergine, se déguste souvent en entrée, ou en accompagnement d’un poisson ou d’une viande. A Tel Aviv, vous pouvez le retrouver soit sous forme de plat dans une assiette (comme une assiette de houmous), soit à l’apéro, sous forme de tapas où l’on vient tremper son pain.

Servi sous forme de purée, vous pourrez si vous êtes chanceux en trouver au supermarché. Vous nous connaissez maintenant suffisamment pour savoir que dans cette rubrique, on privilégie le fait-maison !

Donc aujourd’hui, avec l’aubergine à l’honneur, on vous explique comme réaliser un baba ganoush inratable.

Pourquoi ce nom ? En arabe, baba signifie Papa, et ganoush signifie mou. L’aubergine étant assez centrale dans la cuisine du Moyen-Orient, on peut ainsi interpréter pourquoi on l’appelle ainsi.

Authentic Baba Ganoush! (Grill or Oven) + Video | Feasting At Home

Source : feastingathome.com

Il existe plusieurs versions de ce plat : on peut en effet mélanger l’aubergine avec du yaourt (cette version est plutôt libanaise), ou avec de la tehina, et enfin de la mayonnaise (pas hyper light mais c’est un excellent moyen de faire manger des aubergines aux enfants, la mayonnaise adoucissant le goût de ce légume).

Comme toutes les bonnes recettes :

  • On commence par préchauffer le four, 180 degrés.

  • Vous coupez l’aubergine en deux et l’insérez dans le four, posée côté chair sur une feuille de papier d’alu. Laissez cuire une bonne demi-heure.

  • Sortez du four, laissez refroidir, puis retirez la chair de l’aubergine avec une fourchette et réduisez en purée (pas besoin de mixeur, cela donnera plus de texture à votre baba ganoush).

  • Arrosez de citron.

  • Ensuite, vous choisissez : soit vous rajoutez de la tehina, soit du yaourt, soit de la mayonnaise. N’oubliez pas un peu de sel, de paprika, de cumin, d’ail… et le fameux trait d’huile d’olive.

  • Au moment de servir, ajoutez quelques herbes fraîches (coriandre par exemple) … et bon appétit !

 

Sophie Taïeb

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.