Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Blog du Crif - Valérie Giscard d'Estaing ou les dangers de la raison

21 Décembre 2020 | 181 vue(s)
Catégorie(s) :
France

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

La semaine dernière, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) proposait dans sa newsletter et sur ses réseaux sociaux un contenu qui a fait polémique.

Pages

Actualité

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Portrait de Marc Knobel
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Portrait de Marc Knobel
Des visages sur nos morts
|
14 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
#JeNaiPasPeur
|
14 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Réaction suite à la nomination de l'Arabie Saoudite au Conseil des Droits de L'Homme.

L'Europe doit se mobilier pour le sort des réfugiés

Portrait de Olivier Rafowicz
Tel Aviv sur Seine
|
12 Août 2015
Catégorie : Actualité

La ville blanche sera à l'honneur demain sur les berges de Paris Plage

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été grièvement blessés vendredi lorsque des extremistes israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie.
Un acte abominable , Israel doit prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer le terrorisme juif.
 

Iran's Ayatollahs were behind the bloody attack that hit the Jewish community center in Buenos Aires in 1994 that killed 84 and injured 230.

Pages

Les commentateurs de la presse générale, qui ont à juste titre souligné les qualités intellectuelles de Valéry Giscard d’Estaing et l’ampleur des réformes qu’il avait engagées, ont rarement noté que l’hostilité envers Israël avait été une caractéristique de son septennat.

L’homme qui en juin 1967, alors ex-ministre du général de Gaulle, avait signé un manifeste de soutien à la sécurité d’Israël, en avait repris les mêmes termes en 1984, alors que, ex-Président, il achevait en Israël une visite privée et bien trop tardive. Mais entre-temps, de 1974 à 1981, il n’y a pas une seule année où les décisions de VGE n’aient pas manifesté que la sécurité d’Israël était le cadet de ses soucis : mise en selle politique internationale de l’OLP (1974), vente du réacteur Osirak à Saddam Hussein (1975), remerciements à Amin Dada après le détournement d’un avion d’Air France vers Entebbe (1976), refus d’extrader Abu Daoud, l’organisateur des attentats de Munich (1977), accueil de Khomeini à Neauphle le Chateau (1978), critiques sévères à l’égard du traité de paix israélo-égyptien (1979) et spectaculaire indifférence après l’attentat de Copernic (1980),l’image de Giscard regardant Israël aux jumelles depuis la Jordanie, lors de son voyage de 1980, symbolisait pour beaucoup de Juifs de France un fossé qui s’était élargi. Puissance de l’image (reconstituée, car il n’y a pas eu de photo…), les jumelles ont pesé dans la mémoire que les Juifs de France ont de Giscard.

Ce septennat, continuation de la très hostile présidence pompidolienne, fut donc, suivant les termes de Frederic Encel, celui de la « glaciation». Après la hausse du prix du pétrole en représailles à la guerre du Kippour, le ministre des Finances devenu Président de la République choisit de commercer avec un monde arabe dont certains pays s’étaient subitement enrichis: les armes contre le pétrole, avec à la clé pour la France une influence géopolitique  par le biais d’une ONU sous la coupe d’un tiers mondisme marxisant dont la « résistance » palestinienne était l’oriflamme. 

C’était là un choix rationnel pour Giscard, qui s’est défini lui-même comme un « conceptuel ». Certes, cela lui imposait de fermer les yeux sur le terrorisme palestinien, omniprésent à l’époque : l’attentat de Maalot (21 enfants tués), pour ne citer que lui, avait eu lieu trois jours avant l’élection présidentielle de 1974. Mais le chasseur VGE, animal à sang froid, entendait dépasser ces soubresauts regrettables. Négligeant la lâcheté de certaines de ses compromissions avec les terroristes et surestimant son influence sur la dictature soviétique, il pensait que les adversaires devaient s’accorder sur une solution concoctée par la communauté des nations et la France avec son jeune et moderne Président se devait d’être au premier rang de l’initiative. Le dialogue entre grands de ce monde  fut la pierre de touche de la politique giscardienne et le discours qu’il prononça en 1975 à Auschwitz visait lui aussi avant tout à promouvoir la détente avec les pays de l’Est, paravent à la tentation oppressive et fanatique qui tenaille « le malheureux corps de l’espèce humaine ». 

Dans ce discours, Giscard ne passa pas sous silence l’extermination des Juifs. Il se démena plus tard pour que la première présidente du Parlement Européen fût symboliquement une déportée juive, Simone Veil. Cet homme qui voyait l’économie au filtre de la raison, et la raison comme un efficace rempart aux passions, vit son septennat gâché par le choc pétrolier de 1979, consécutif à la guerre Iran-Irak, dont il fut un involontaire  artisan. Khomeini se servit en effet de son lieu de séjour en France comme d’une base de propagande avant de lancer avec le succès que l’on sait la plus irrationnelle des aventures politiques du demi-siècle. VGE ne voulait pas savoir que les passions prévalent facilement sur la raison si la raison oublie que les passions sont puissantes. Il n’était pas atteint de passion antisémite. Mais il a fait prospérer la passion antisioniste, qui en est l’habillage moderne. Et puisque contre une passion de mort on ne peut combattre qu’avec une passion de vie, il a ignoré que l’idée sioniste est justement la réponse passionnelle à une chosification de l’identité juive.

Il faut donc se méfier des «conceptuels» trop cartésiens. Mais ne faut-il pas se méfier aussi des «aventuriers», qualificatif dont VGE affublait Jacques Chirac, son ennemi de 40 ans ? Car un aventurier peut être aveuglé par les passions que sont ses amitiés, si celles-ci portent le nom de Saddam Hussein, Hafez el Assad ou Yasser Arafat……

Richard Prasquier

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.