Lu dans la presse
|
Publié le 4 Janvier 2021

Israël - Comment Israël est devenu le champion du monde de la vaccination

En seulement deux semaines, Israël a vacciné plus d'un million de personnes. Le ministère de la santé affirme qu'environ un cinquième des neuf millions d'habitants aura reçu sa double injection "d'ici fin janvier".

Photo : Des Israéliens arrivent pour recevoir un vaccin contre le Covid-19 à Tel-Aviv, le 3 janvier 2021. JACK GUEZ / AFP

Publié le 4 janvier 2021 dans L'Express

Si les campagnes de vaccination ont débuté depuis quelques semaines maintenant dans de nombreux Etats, tous les pays n'avancent pas au même rythme. Pour l'heure, la France est particulièrement à la traîne (432 personnes vaccinées au 2 janvier, d'après le site indépendant covidtracker, qui compile les chiffres des autorités sanitaires), tandis qu'Israël fait la course en tête avec l'administration d'une première dose à 12% de ses citoyens, et 41% des plus de 60 ans. 

La campagne de vaccination nationale a été lancée le 19 décembre à cadence forcée par Benjamin Netanyahu. Le Premier ministre, actuellement en campagne électorale, avait été vacciné en direct à la télévision, avec le vaccin Pfizer-BioNtech. Vendredi, un million de personnes avaient reçu leur première injection, selon le bureau du Premier ministre. Et les projections sont tout aussi optimistes. 

Le directeur général du ministère de la Santé, Hezi Levi, a affirmé ce dimanche qu'environ un cinquième des neuf millions d'habitants d'Israël - en commençant par le personnel soignant et les plus de 60 ans -, auraient reçu leur double injection "d'ici fin janvier". "Nous devrions ainsi avoir inoculé deux millions de résidents", a-t-il précisé sur la radio publique Kan. À noter que pour l'heure, les territoires palestiniens occupés n'ont pas accès au vaccin. 

 

Des SMS aux patients

Plusieurs éléments peuvent expliquer cette cadence impressionnante, qui n'a pas empêché un troisième confinement. L'une des principales raisons est le système de santé israélien, relève la presse anglophone. Tous les citoyens doivent s'enregistrer auprès de l'une des quatre caisses médicales (HMO) du pays et les données sont numérisées. Cela permet de contacter et d'informer facilement l'ensemble de la population. Ainsi, comme l'explique Les Echos, les caisses médicales ont envoyé des SMS à tous leurs patients, âgés de plus de 60 ans ou à risque, pour qu'ils fixent un rendez-vous afin de se faire vacciner. 

Le pays avait également commencé tôt les négociations avec les fabricants des vaccins, a rappelé le ministre de la santé Yuli Edelstein. Le Parisien rapporte que selon la presse locale, les doses auraient été achetées 43 % au-dessus du prix du marché afin d'être servi en priorité et à profusion. Le journal Les Echos souligne qu'Israël a acheté 14 millions de doses auprès de Moderna et de Pfizer (un contrat a été signé avec Moderna dès juin, bien avant la fin des essais cliniques), permettant de vacciner 7 millions de personnes, alors que le pays compte 9 millions d'habitants. 

Le gouvernement a aussi voulu convaincre la population de se faire vacciner, d'une part en lançant une campagne contre la désinformation sur la vaccination, d'autre part en proposant la mise en place d'un passeport vert, qui permettrait aux personnes vaccinées de se rendre dans les lieux culturels ou au restant par exemple, ajoute The Guardian.  

Mais Israël pourrait bien être freiné dans sa lancée à cause d'un manque d'approvisionnement. Comme l'indique RFI, il y aurait suffisamment de vaccins pour faire le rappel des plus de 60 ans qui ont déjà été reçus la première injection, mais pas pour vacciner le reste de la population. Israël pourrait toutefois recevoir une partie des doses de vaccins Moderna en janvier plutôt qu'en mars comme cela était initialement prévu, rapporte The Times of Israel. 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.