Lu dans la presse
|
Publié le 5 Janvier 2021

L'article de presse que vous avez le plus lu cette semaine

L'argent a été versé à une ONG qui se dit promouvoir "les bonnes pratiques gouvernementales" en Cisjordanie.

Cet article avait été publié dans le newsletter du 5 janvier 2021. Il est l'article de presse que vous avez le plus lu cette semaine. 

France/Israël - La France verse 10 millions de dollars à un groupe palestinien qui promeut le boycott d'Israël

Publié le 4 janvier 2021 sur le site de i24news

Le gouvernement français a alloué environ 10 millions de dollars (plus de 8,1 millions d'euros) à une organisation palestinienne qui se trouve être l'un des principaux promoteurs du mouvement de boycott d'Israël.

La promotion du boycott a été jugée illégale en France dans plusieurs affaires très médiatisées, a rappelé le Jerusalem Post.

L'Agence française de développement, ou AFD, qui se concentre sur "le climat, la biodiversité, la paix, l'éducation, le développement urbain, la santé et la gouvernance", a accordé l'année dernière une subvention de 8 millions d'euros à l'ONG Development Center, ou NDC, un groupe palestinien qui affirme promouvoir les "bonnes pratiques gouvernementales" en Cisjordanie.

Ce groupe était à l'origine du "Code de conduite des ONG palestiniennes" de 2008, un document incluant un rejet de "toute activité de normalisation avec l'occupant [Israël], que ce soit au niveau de la sécurité et de la politique, ou bien encore au niveau culturel ou du développement".

NGO Monitor, un groupe israélien qui enquête sur les activités des organisations non gouvernementales dans le cadre du conflit israélo-palestinien, a appelé la semaine dernière le gouvernement français à "réviser sa subvention conformément au rejet clair de la France contre le mouvement BDS".

En France, des dizaines de promoteurs du boycott contre Israël - notamment par le biais du BDS - ont été condamnés pour incitation à la haine ou à la discrimination sur la base de la loi Lellouche, votée en 2003, qui condamne notamment les boycotts à caractère raciste, antisémite ou xénophobe.

La porte-parole de l'AFD, Magali Mevellec, a certifié que ce financement "est conforme à la loi française".

La France "soutient le renforcement des capacités locales qui améliorent la vie des populations dans ce que la France considère comme des Territoires palestiniens", a expliqué Mme Mevellec.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.