Lu dans la presse
|
Publié le 21 Janvier 2021

Monde - Yad Vashem commémore le Jour International du Souvenir de la Shoah 2021

Avant la Journée internationale du souvenir de la Shoah, le 27 janvier, Yad Vashem, le Centre mondial pour la mémoire de la Shoah, a dévoilé un certain nombre de nouvelles activités et contenus en ligne poignants.

Publié le 21 janvier dans le Jerusalem Post sous le titre Yad Vashem marks Int'l Holocaust Remembrance Day 2021

Traduction proposée par le Crif

IRemember Wall : commémoration des victimes individuelles 

Une fois de plus, Yad Vashem lancera son projet de commémoration en ligne IRemember Wall en six langues: anglais, hébreu, français, espagnol, allemand et russe. Le IRemember Wall offre au public une opportunité unique et pleine de sens : participer à un événement de commémoration en ligne pour marquer la Journée internationale de la Shoah. En rejoignant notre IRemember Wall, vous liez votre nom, au hasard, à celui d'une victime de la Shoah, issue de la Base de données centrale des noms des victimes de la Shoah de Yad Vashem. Les deux noms apparaîtront, ensemble, sur le IRemember Wall. Vous pouvez également choisir un nom particulier à commémorer, sélectionné dans la Base de données centrale des victimes de la Shoah, qui compte aujourd'hui plus de 4,8 millions de noms.

Ceux qui participent à ce projet sont encouragés à partager les histoires sur leurs plateformes de médias sociaux. Pour la deuxième année consécutive, Yad Vashem s'associera à Facebook pour promouvoir cette activité à travers le monde. L'année dernière, plus de 85 000 victimes ont été commémorées par des personnes de quelques 175 pays à travers le monde dans leur propre langue. 

Les précédents participants au projet ont répondu à une enquête sur l’importance de se souvenir des atrocités du siècle dernier, afin de s’assurer que l’histoire ne se répète pas.

Patrick Gilliland, d'Ottawa, Canada a déclaré: "Dans ma jeunesse, j'ai partagé un banc et bu du café deux fois par semaine avec M. Stepanik, un survivant de l'Holocauste. Je savais qu'il était un survivant uniquement parce que j'avais vu les chiffres tatoués sur son bras. Nous avons parlé de tout sauf de la Shoah. Néanmoins, le simple fait de parler avec lui a transporté un événement horrible qui a eu lieu il y a très longtemps dans la réalité. Alors maintenant, je me souviens pour lui des amis et de la famille dont il ne pouvait pas ou ne voulait pas parler".

"Maintenant, il semble plus important que jamais de se souvenir", a écrit Anita Klein de Budapest. "Je pense que si les gens se souviennent de vraies victimes, leurs histoires nous rappellent que ces personnes ont été privées de tout ce qu'elles possédaient ou qu'elles auraient pu devenir, et cela ne devrait jamais arriver à personne".

Le mur des souvenirs a atteint le Pakistan, où Mustafa Maharvi de Faisalabad, au Pendjab, a envoyé les remarques suivantes en arabe. "Il faut se souvenir de ceux qui ont été tués. L'humanité ne peut jamais laisser mourir la mémoire de l'Holocauste".

Nouvelle exposition en ligne : "My Lost Ch​ildhood"

"Après des pertes indescriptibles - ma famille, mon enfance et mes amis - j'ai été tourmenté par des douleurs physiques et mentales".

Ce témoignage déchirant de Renee Kochman (Renia Baaf) exprime le sentiment de désespoir absolu qu'elle et des milliers de survivants ont ressenti après la libération. Pendant la guerre, toutes leurs énergies étaient concentrées sur la lutte quotidienne pour survivre. Maintenant qu'ils ont été libérés par les forces alliées, les survivants ont commencé à reconstituer leur vie.

Les enfants survivants ont été particulièrement touchés par cette nouvelle réalité. Beaucoup d'entre eux, confiés pendant la Shoah à des non-juifs pour se cacher et se protéger de l'assaut nazi, se sont retrouvés sans personne pour les accueillir. Les enfants ont eu besoin de soins spéciaux dans les domaines médical, psychologique et éducatif. Dans les mois qui ont suivi la libération, les organisations de protection sociale ont commencé à créer des foyers spéciaux pour enfants dans une grande partie de l'Europe pour répondre à ces demandes.

«Mon enfance perdue» raconte les histoires de sept de ces maisons établies à la fin de la Shoah. À travers les voix de ces survivants, l'histoire de l'Holocauste et ses conséquences à travers les yeux des enfants survivants prend vie. Comme Renee Kochman l'a rappelé plus tard: "Le foyer pour enfants de Blankenese (Allemagne) m'a rendu une partie de mon enfance perdue, c'est devenu ma maison. Mes professeurs et les autres filles que j'ai rencontrées là-bas sont devenus mes amis et ma famille". 

Visite virtuelle de l'exposition «Shoah» 

Pour marquer la Journée internationale de commémoration des victimes de l'Holocauste le 27 janvier - le 76ème anniversaire de la libération en 1945 du camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau - Yad Vashem mène pour la première fois une visite guidée virtuelle de l'exposition permanente «SHOAH» située dans le bloc 27 (le «bloc juif») sur le site de l'ancien camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. Comme l'a décrit le professeur Elie Wiesel, lauréat du prix Nobel et survivant de l'Holocauste, les visiteurs pourront "se promener dans les expositions et être enveloppés par les images et les sons du passé, entendre la voix des victimes, voir les dessins des enfants et touchez les noms des assassinés". 

Mini-site de la Journée internationale du souvenir de l'Holocauste

Parce que l'éducation et la sensibilisation à la Shoah peuvent aider l'humanité à combattre la haine, l'antisémitisme et la xénophobie, pour compléter ses activités pour la Journée internationale du souvenir de l'Holocauste, Yad Vashem a ouvert au grand public un mini-site avec un contenu spécialement conçu sur la Shoah, y compris des articles et témoignage d'un survivant. 

"Aujourd'hui, alors que le monde continue de combattre les expressions de haine, d'antisémitisme et de xénophobie, la signification et la mémoire de l'Holocauste sont particulièrement pertinentes", remarque le président de Yad Vashem, Avner Shalev. "C'est la mission permanente de Yad Vashem de s'assurer que les histoires et les voix des victimes et des survivants de l'Holocauste sont maintenues et préservées pour les générations à venir".

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.