Lu dans la presse
|
Publié le 12 Février 2015

«Je faisais partie des unités qui ont pris d'assaut l'Hyper Cacher»

L'Express a donné la parole à Laurent, policier membre d'un service d'intervention qui évoque les incertitudes de l'après-Charlie.
 

Publié dans l’Express le 11 février 2015
"Je faisais partie des unités qui ont pris d'assaut l'Hyper Cacher, le 9 janvier, porte de Vincennes. Avant l'intervention, il y avait beaucoup de tension dans nos rangs, mais je n'ai pas senti de peur. Après tout, nous faisons ce métier pour vivre de tels moments... Chef de colonne ou négociateur, tout le monde connaît son rôle, codifié, répété cent fois, mille fois, à l'entraînement.
D'habitude, nous misons tout sur la négociation. Ce jour-là, face à Coulibaly, la situation se présentait différemment : comme dans une opération de guerre, c'était lui ou nous. Voire lui et nous : il avait une vingtaine de bâtons d'explosif dans un sac. Juste avant l'assaut, j'ai vu mes copains se détourner pour envoyer des textos à leurs proches. J'ai téléphoné à ma femme. D'habitude, je ne le fais jamais. Mais cette fois, la part de risque dépassait celle que nous prenons d'ordinaire, quand nous allons chercher des "forcenés", des paumés dépassés par la vie ou des braqueurs pris au piège au petit matin... Lire l’intégralité.
 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.