Lu dans la presse
|
Publié le 5 Décembre 2017

#Actu #ASuivre - Jérusalem : Donald Trump fait bouger les lignes

Depuis quelques jours, le Président américain Donald Trump maintient le suspens sur son intention ou non de déplacer l'Ambassade américaine à Jérusalem et de reconnaître la Ville Sainte comme la capitale de l'Etat d’Israël. Une décision qui risque de faire dangereusement bouger les lignes établies.

Depuis quelques jours - et cela devient une habitude - le monde a les yeux rivés sur les lèvres de Donald Trump. Que pourra t-il encore annoncer à une communauté internationale passablement fatiguée de ses mises en garde visiblement inutiles ?

Le Président américain continue de maintenir un certain suspens sur son intention ou non de transférer l'Ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem et de reconnaître Jérusalem comme la capitale de l'Etat d'Israël.

Hier, mardi 5 décembre, Donald Trump s'est entretenu avec Mahmoud Abbas, le Président de l'Autorité palestinienne. Il l'aurait averti de son intention de transférer l'Ambassade américaine à Jérusalem. Mahmoud Abbas aurait répondu que cette décision pourrait avoir de lourdes et dangereuses conséquences.

Le Président Trump s'est également entretenu avec le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou ainsi qu'avec le roi Abdullah de Jordanie.

Du côté palestinien, les autorités ont annoncé que si Donald Trump validait sa décision, ses relations avec les Etats-Unis s'en trouveraient profondément affectées. Le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, a également commenté le débat diplomatique en précisant que la Turquie couperait toute relation diplomatique avec Israël si toutefois une telle décision était maintenue. Les chefs de la diplomatie lui ont répondu que Jérusalem était "la capitale du peuple juif depuis 3 000 ans, et la capitale d’Israël depuis 70 ans, quoi qu’il en pense".  Naftali Bennett, Ministre israélien de l'Education a rajouté que "voir une Jérusalem unifiée importait plus que la sympathie d'Erdogan". 

Il y a quelques jours, le chef de l'Etat français Emmanuel Macron avait exprimé sa préoccupation sur la possibilité que les Etats-Unis reconnaissent unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël. Le bureau en charge du Moyen-Orient au département d'Etat s'opposerait lui aussi vivement à une telle reconnaissance.

Avant d'entendre le discours que le Président Trump prononcera ce soir, les chefs de la sécurité israélienne ont annoncé qu'Israël se préparait à faire face aux différentes protestations que pourrait engendrer sa déclaration. 

 

A lire dans la presse française et internationale :

Jérusalem : le monde attend la décision de Trump dans Le Point

Erdogan : Jérusalem est une "ligne rouge" dans Le Point

 
 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.