Lu dans la presse
|
Publié le 24 Mai 2016

Agression d'un enseignant juif à Marseille : l'adolescent radicalisé veut "toujours mourir en martyr"

Le seul regret de l'agresseur est alors de ne pas avoir réussi à tuer le père de famille qui l'avait "provoqué" en marchant "tranquillement avec sa kippa" sur la tête.

Les experts psychiatriques n'ont décelé aucun trouble psychiatrique chez ce jeune qui a prêté allégeance à Daech

Par Georges Brénier, publié  sur TFI le 23 mai 2016
 
TF1 a eu accès aux derniers éléments de l'enquête sur l'adolescent qui avait tenté de tuer un enseignant juif à coups de machette, en janvier dernier à Marseille. Un document à découvrir dans le 20 heures de TF1 ce soir.
 
Quatre mois après l'agression à Marseille d'un enseignant juif par un adolescent, TF1 vous révèle les derniers éléments de l'enquête ainsi que les photos de Yusuf K. achetant une machette dans un magasin de bricolage.
 
Le rapport ne laisse place à aucune ambiguïté : Yusuf K. était parfaitement conscient de son geste. Selon nos informations, l'adolescent de 16 ans, incarcéré depuis qu'il a tenté le 11 janvier dernier à Marseille de tuer un enseignant de confession juive, "ne présente pas de troubles ou de déficiences susceptibles d'influencer son comportement". Le constat est fait par l'experte psychiatre qui a examiné l'ancien lycéen d'origine kurde dans sa cellule de prison. Pour les enquêteurs de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) et de la SDAT (Sous-direction anti-terroriste de la police judiciaire), cette phrase est capitale. Car elle montre bien toute la détermination dont l'un des plus jeunes terroristes présumés de France a fait preuve ce jour-là.
 
"Il s'agit d'un adolescent présentant des capacités intellectuelles normales à supérieures", écrit la psychiatre Julie M. le 23 février dernier"...
 
Au cours de ses quatre jours de garde à vue en janvier dans les locaux de la Brigade criminelle de la PJ de Marseille, l'adolescent s'était dit fier d'avoir tenté de venger ses "frères palestiniens". Son seul regret était alors de ne pas avoir réussi à tuer le père de famille qui l'avait "provoqué" en marchant "tranquillement avec sa kippa" sur la tête... Lire l'intégralité.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.