Lu dans la presse
|
Publié le 28 Novembre 2019

Antisémitisme - Dieudonné condamné à 9000 euros d'amende pour une chanson jugée antisémite

L’UEJF, partie civile au procès, aux côtés de SOS Racisme, la Licra et J’accuse, se félicite de la nouvelle condamnation du polémiste Dieudonné M’Bala M’Bala. Le Crif félicite sincèrement les associations mobilisées dans ce procès.

Communiqué de l'UEJF - 27 novembre 2018

Mercredi 27 novembre 2019, Dieudonné M’Bala M’Bala, prêcheur de haine multirécidiviste, a été condamné à 9 000 euros d’amende associé à trois mois de prison ferme en cas de non-paiement pour complicité d’injure à caractère antisémite suite à la publication de la chanson intitulée « C’est mon choaaa » sur YouTube, Deezer, Spotify et Apple Music.

Dans cette chanson, on pouvait notamment entendre : « J’ai chaud à la tête devant le barbecue. Si les merguez sont casher, j’aurai peut-être la corde au cou »

L’UEJF, partie civile au procès aux côtés de SOS Racisme, la Licra et J’accuse, se félicite de la nouvelle condamnation du polémiste Dieudonné M’Bala M’Bala. Elle marque une nouvelle réaffirmation des juges d’un encadrement légal, Républicain, et profondément français du principe de la liberté d’expression.

Pour Noémie Madar, présidente de l’UEJF, « cette nouvelle condamnation est une victoire importante contre l’antisémite Dieudonné. En effet, malgré les nombreuses condamnations, il  continue d’agir impunément et se produit partout en France. Cette dernière condamnation associée à des jours amende le mènera à de la prison ferme en cas de non-paiement. Les mairies des villes qui accueillent son spectacle doivent prendre cette condamnation comme une énième preuve qu’il est désormais impossible d’appeler Dieudonne ‘humoriste. »

***

Publié le 28 novembre dans Le Figaro

Le polémiste Dieudonné M'Bala M'Bala a été condamné mercredi à 9.000 euros d'amende pouvant se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement, pour complicité d'injure à caractère antisémite, après la publication d'une vidéo et d'une chanson intitulées «C'est mon choaaa».

Cette chanson, qui avait été publiée en juin 2017 sur Youtube, Deezer, Spotify et Apple Music, comporte notamment les paroles suivantes : «J'ai chaud à la tête devant le barbecue. Si les merguez sont casher, j'aurai peut-être la corde au cou». Le tribunal correctionnel a condamné le polémiste à 90 jours-amende à 100 euros chacun, soit un total de 9000 euros d'amende pouvant lui valoir des jours de prison s'il ne les paie pas. Les poursuites visant sa compagne Noémie Montagne, propriétaire des comptes sur lesquels ont été publiées la chanson et la vidéo, selon les plateformes numériques, ont en revanche été déclarées nulles en raison de vices de forme.

Lors de l'audience, le 25 septembre, le parquet avait requis dix mois de prison ferme à l'encontre de M. M'Bala M'Bala et 20.000 euros d'amende contre Noémie Montagne. Pour le tribunal, les paroles «renvoient incontestablement, par voie d'insinuation, au drame de la Shoah qui est tourné en dérision» et le «droit à l'humour» invoqué par polémiste «se heurte à un autre droit, celui de la dignité humaine». Le polémiste de 53 ans avait nié être le chanteur et l'auteur de cette chanson, écrite selon lui par un détenu dans le cadre d'un «atelier de chanson potache» en prison. Dieudonné était également jugé pour appel illicite aux dons, ayant publié un message en amorce de la vidéo appelant à la partager «en masse (...) afin de lui permettre de payer son amende» dans le cadre de sa condamnation pour sa chanson «Shoah nanas».

Le tribunal l'a relaxé sur ce point, estimant qu'«inciter un public à visionner une vidéo afin de percevoir des revenus ne peut s'analyser (...) comme une souscription publique». Habitué des tribunaux, Dieudonné a été plusieurs fois condamné pour ses sorties antisémites, ce qui atteste selon les juges «de sa propension à réitérer les discours de haine». Il devra aussi verser plusieurs milliers d'euros de dommages et intérêts ou frais de justice à sept associations antiracistes parties civiles. L'avocate du polémiste, Isabelle Coutant-Peyre, a indiqué à l'AFP qu'elle fera appel d'une décision «pas conforme» au périmètre admis de la liberté d'expression.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.