Lu dans la presse
|
Publié le 23 Octobre 2019

Antisémitisme - Lyon : Une plaque à la mémoire des Juifs déportés vandalisée

La plaque qui rend hommage aux victimes de la rafle de la rue Saint-Catherine le 9 février 1943 a été retrouvée dégradée lundi 21 octobre. Des noms ont été rayés au marqueur. Le Crif a vivement réagi sur le réseau social Twitter. : "Cela est inacceptable et nous attendons que les lâches auteurs de ce délit soient sévèrement punis par la justice".

Publié le 21 octobre dans RTL

Des noms barrés à l'encre noire. Une plaque en mémoire de Juifs déportés pendant la Seconde guerre mondiale, a été retrouvée vandalisée lundi 21 octobre à Lyon (Rhône). "Voir ainsi souillée la plaque commémorative de la rue Sainte-Catherine et la mémoire des victimes du nazisme est une insulte et un coup porté à chaque Lyonnais", a réagi le maire de Lyon Gérard Collomb. 

La plaque prise pour cible rend hommage aux Juifs déportés pendant la rafle organisée par la Gestapo le 9 février 1943, rue Sainte-Catherine. Au total, 84 personnes ont été déportées vers les camps d'extermination après avoir été internées au camp de Drancy. La plupart de leurs noms ont été recouverts d'un trait de marqueur.

"Dégrader la plaque commémorative de la , c’est piétiner la mémoire de ceux que la Gestapo a raflé", a réagi le président de la métropole du Grand Lyon David Kimelfeld, quelques instants avant Gérard Collomb. "Un acte lâche de trop, qui je l’espère ne restera pas impuni. Le combat contre l’antisémitisme est le combat de tous !" s'est émue Fouziya Bouzerda, vice-présidente.

Cette année a été marquée par des événements similaires en France et dans la région : en février dernier, des tags antisémites avaient été retrouvés sur un monument aux morts dans le cimetière de Champagne-au-Mont-d'Or, village situé à l'ouest de Lyon. 

 

Le Crif vous propose aussi :

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.