Lu dans la presse
|
Publié le 17 Mars 2016

Audrey Azoulay : "Il faut retrouver un lien collectif"

"La société se radicalise. Il faut montrer à nos enfants que la culture est leur passeport pour l'avenir"

Entretien publié dans le Parisien le 16 mars 2016
 
Femme de l'ombre habituée à la discrétion, l'énarque a attendu un mois avant de rompre le silence. Très souriante, la nouvelle locataire de la Rue de Valois a reçu le Parisien, pour sa toute première interview, dans le bureau historique d'André Malraux.
 
Il vous reste un an pour agir. Quelles sont vos priorités ?
 
La société se radicalise. La priorité, c'est de montrer à nos enfants, nos adolescents que la culture et la création, c'est leur passeport pour l'avenir. Je veux que la création et les artistes soient plus proches de nous, dans nos campagnes, nos banlieues, que les musées sortent de leurs murs, à l'image de la très belle exposition « Autoportraits » du musée d'Orsay que j'ai inaugurée au musée d'art Roger-Quilliot à Clermont-Ferrand. Je veux que la culture se propage... Lire l'intégralité.
 
Fan de Gainsbourg et du « Chat du rabbin »
Jeune (43 ans), cultivée, de gauche : le profil d'Audrey Azoulay avait tout pour séduire François Hollande. Passée par la même promo que Fleur Pellerin à l'ENA, la nouvelle ministre de la Culture est, contrairement à l'ex-locataire de la rue de Valois, issue du sérail. Son père banquier, André Azoulay, conseille le roi du Maroc depuis vingt-cinq ans. Elevée à Paris, dans une famille juive marocaine, la jeune Audrey a grandi au contact du Tout-Paris culturel et politique. Après un bref passage dans la finance puis par Matignon à la direction des médias et à la Cour des comptes, elle s'épanouit de 2006 à 2014 au CNC (Centre national du cinéma), où la profession apprécie sa compétence. Nommée conseillère culture de François Hollande en septembre 2014, Audrey Azoulay y suit de près le dossier des intermittents et la lutte contre le piratage. Cette mère de deux enfants se dit « omnivore en matière culturelle ». Parmi ses artistes ou œuvres de prédilection, elle cite le musicien brésilien Caetano Veloso, Serge Gainsbourg, les écrivains américains Philip Roth et Tom Wolfe, la BD de Joann Sfar « le Chat du rabbin ».

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.