Lu dans la presse
|
Publié le 24 Mai 2016

Bernard-Henri Lévy : "Que les gens arrêtent avec ce complotisme débile"

Le philosophe évoque son film "Peshmerga" et fait un parallèle entre Daech et le nazisme.

Le djihadisme, l'islamisme radical, c'est bien le dernier avatar du nazisme

Interview publié dans le JDD le 23 mai 2016
 
...La participation de la France dans la coalition anti-Daech, comment la jugez-vous?
 
Le président de la République a vu le film. Dans la coalition, c'est la France qui est à l'avant-garde. Si, en août 2013, Barack Obama n'avait pas fait volte-face en annulant les frappes contre le régime de Bachar El-Assad, peut-être que Daech n'existerait pas. La France, à l'inverse, se conduit bien. Elle fait ce qu'elle peut. Tout ce qu'elle peut. Après, si on veut rêver éveillé, on pourrait imaginer une opération conjointe des peshmergas et des forces françaises pour libérer les derniers villages, à l'ouest du Tigre, où vivent encore les derniers chrétiens qui parlent l'araméen, la langue du Christ.
 
En évoquant également les traces du peuple juif en Irak dans le film, on est tenté de croire que vous voulez faire un parallèle entre Daech et le nazisme...
 
Eh bien, pourquoi pas? Le djihadisme, l'islamisme radical, c'est bien le dernier avatar du nazisme. Vous connaissez l'histoire. Le nazisme, dans les années vingt et trente du siècle dernier, a été une révolution planétaire. Il y a donc eu, dans le monde arabe comme ailleurs, une forme de nazisme née avec les Frères musulmans. Or, en 1945, il y a eu le fantasme d'un nazisme qui n'aurait été qu'européen et aurait miraculeusement épargné le monde arabo-musulman. Eh bien, Al-Qaida hier et Daech aujourd'hui, c'est ça! C'est le retour du refoulé!... Lire l'intégralité.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.