Lu dans la presse
|
Publié le 28 Décembre 2017

#Celine - Ce célèbre auteur français était également antisémite. Ses pamphlets les plus connus vont être republiés

Pour publier ou ne pas publier. Telle est la question quand il s'agit de Louis-Ferdinand Céline.

Publié le 27 décembre 2017 dans le Washington Post 

Dans une culture qui adore ses écrivains comme les mères adorent leurs fils, le défunt romancier français inspire une révérence spéciale, presque sans pareil. Il y a ceux qui vous diront que "Voyage au bout de la nuit", son roman hallucinatoire de 1932, a révolutionné non seulement la langue française, mais la manière d'écrire.

Mais Céline, mort en 1961, était aussi autre chose : un antisémite avoué et obsessionnel. Il a applaudi quand Adolf Hitler a pris le pouvoir en Allemagne, et au cours des années après que le leader nazi a pris le contrôle en 1933, Céline a publié trois brochures qui figurent parmi les textes les plus virulents antijuifs dans toutes les langues. Même les nazis les trouvaient trop pressés : Céline avait «des notions raciales correctes», remarquait un responsable de la propagande, mais son «argot sauvage et sale» était hors de portée.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ces trois œuvres infâmes sont indisponibles en France, sauf peut-être dans les sombres recoins d'Internet. Au printemps 2018, ils seront réédités pour la première fois, après l'autorisation donnée par la veuve de Céline, Lucette Destouches, toujours en vie à 105 ans. Depuis des décennies, elle interdit leur publication, mais récemment - pour des raisons que personne ne connait précisemment - elle a changé d'avis.

Gallimard, éminente maison d'édition française, a pris en charge le projet. La réaction a été rapide et énergique. Lorsque les nouvelles du plan ont éclaté ce mois-ci, le gouvernement français est immédiatement intervenu, exigeant de savoir sous quelle forme les brochures seraient publiées et avec quoi, le cas échéant, des commentaires contextuels. Des leaders juifs français ont exprimé leur indignation et ont juré de combattre la publication. De leur côté, les chercheurs littéraires ont dénoncé ce que beaucoup considèrent comme un projet précipité qui prendrait des années à mener à bien. Pour beaucoup, la question est pourquoi - et pourquoi maintenant.

Lire l'article en intégralité

Le Crif vous porpose :

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.