Lu dans la presse
|
Publié le 12 Mai 2016

Contenus haineux sur le Web : des associations épinglent Twitter, Facebook et YouTube

Fin mars, les associations SOS Racisme, SOS Homophobie et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) ont procédé à un premier « testing » commun des pratiques de modération sur Twitter, YouTube et Facebook.

Sur les 205 contenus signalés sur Twitter, seuls 4% ont fait l'objet d'un retrait

Publié dans le Monde le 12 mai 2016
 
Par Damien Leloup, publié dans le Monde le 11 mai 2016
 
Messages racistes, vidéos négationnistes ou commentaires homophobes : pendant une semaine, à la fin de mars, les associations SOS Racisme, SOS Homophobie et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) ont procédé à un premier « testing » commun des pratiques de modération sur Twitter, YouTube et Facebook. Les résultats sont sans appel : seule une toute petite minorité des contenus haineux est supprimée, mais avec des différences significatives d’une plate-forme à l’autre.
 
Moins mauvais élève des trois, Facebook a supprimé 53 des 156 contenus qui lui avaient été signalés, soit un tiers. La modération du premier réseau social au monde a été plus efficace pour les signalements concernant des messages homophobes (15 suppressions sur 26 signalements) que sur l’antisémitisme (4 suppressions pour 16 signalements) ou le négationnisme (zéro suppression pour 3 signalements).
 
Loin derrière, YouTube n’a supprimé que 16 des 225 contenus qui lui avaient été signalés (7 %). Sur 115 commentaires racistes, seuls 9 ont été supprimés par la plate-forme. Et aucun des 10 contenus (vidéos et commentaires) négationnistes relevés par les associations n’ont été mis hors ligne. Pour Twitter, les résultats sont catastrophiques : seuls huit messages ont été supprimés sur les 205 signalés. Sur 109 messages homophobes dénoncés, deux ont été enlevés – et des textes appelant à « brûler les homos » ou demandant « la mort pour les juifs et les bougnoules » ont été laissés en ligne.
 
Des chiffres particulièrement embarrassants pour Twitter, qui inaugurait mercredi11 mai son nouveau siège français à Paris, en présence d’invités de marque, dont le premier ministre, Manuel Valls. Ce dernier a, à plusieurs reprises ces dernières années, critiqué la diffusion de messages haineux sur Internet. En avril 2015, il fustigeait notamment « les propos antisémites, racistes, les propos de haine, qui se répandent [sur les réseaux sociaux], souvent sans être inquiétés. C’est inacceptable. Internet est un espace de liberté mais Internet, ce n’est pas une zone de non-droit », affirmait le premier ministre, annonçant la création future d’une nouvelle « unité nationale de lutte contre les contenus illicites » au ministère de l’intérieur... Lire l'intégralité.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.