Lu dans la presse
|
Publié le 7 Novembre 2019

Etats-Unis/Antisémitisme - Le Congrès Juif mondial honore Nikki Haley, ancienne ambassadrice américaine auprès de l'ONU, du prix Theodor Herzl 2019

Le président du Congrès juif mondial, Ronald S. Lauder, a honoré Nikki Haley, ancienne ambassadrice américaine auprès de l'ONU, du prix WJC Theodor Herzl 2019, qui récompense des personnalités exceptionnelles qui œuvrent pour la promotion des idéaux d'Herzl pour un monde plus sûr et plus tolérant pour les juifs. Le Président du Crif, Francis Kalifat, est Vice-président du Congrès Juif mondial.

Publié le 6 novembre sur le site du Congrès Juif Mondial, Communiqué - WJC honors former US Ambassador to UN Nikki Haley with prestigious Theodor Herzl Award

"Le parti pris de l'ONU contre Israël a longtemps sapé la paix en encourageant l'illusion qu'Israël s'en ira. Israël ne s'en va pas. Lorsque le monde le reconnaîtra, alors la paix deviendra possible", a déclaré mercredi Nikki Haley, ancien ne ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies, tout en acceptant le prestigieux prix Theodor Herzl du Congrès juif mondial, décerné par Ronald S. Lauder, le président du Congrès juif mondial. 

Comme nouvelle recrue aux Nations Unies, a déclaré Nikki Haley, certaines "coutumes obsolètes" de l'organisation lui sont clairement apparues, telles que le harcèlement d'Israël. Ces coutumes étaient devenues une pratique courante - complétée par une "session mensuelle contre Israël" au Conseil de sécurité. Selon Nikki Haley, l'une des premières leçons qu'elle a apprises est que "le plus important est de ne pas avoir peur de s'appuyer sur ses valeurs fondamentales, même si elles vont à l'encontre de coutumes dépassées… [qui] n'ont pas été remises en question depuis des années. L'une de ces valeurs fondamentales est de défendre vos amis."

"Certaines personnes nous ont accusés de favoritisme envers Israël", a déclaré Nikki Haley, ajoutant: "Mais ce que nous avons fait n'était pas vraiment du favoritisme. Dans tout ce que nous avons fait à l'ONU, notre approche vis-à-vis d'Israël était liée à une idée majeure. L'idée est le concept simple selon lequel Israël doit être traité comme n'importe quel autre pays normal", a-t-elle déclaré. "Et cette demande est en réalité une demande de paix".
 
En outre, a déclaré Nikki Haley, face aux menaces croissantes auxquelles font face les communautés juives du monde entier, il est absolument vital de continuer à lutter contre l'antisémitisme. "Je trouve déconcertant que l'antisémitisme ne soit pas traité avec le même dédain que le racisme ou d'autres formes de haine. C'est exactement le même combat. Cela ne doit jamais être toléré. Cela ne doit jamais être excusé. Cela ne doit jamais être rationalisé."

Le président du WJC, Ronald S. Lauder, à Nikki Haley: "Vous ne pourrez pas vous reposer car nous attendons encore plus de votre part"

En remettant le prix à l’ambassadeur Nikki Haley, le président du Congrès juif mondial, Ronald S. Lauder, a souligné l’appui inconditionnel de l’Ambassaderice Nikki Haley à l’État d’Israël en tant que voix prépondérante dans la lutte contre les doubles normes et les préjugés en vigueur au sein de la communauté internationale. Appelant l'ambassadrice Nikki Haley "peut-être la femme la plus courageuse d'Amérique aujourd'hui" et une "bouffée d'air frais" qui a soumis à l'ONU une "voix forte et claire", le président Lauder a déclaré: "Le prix Herzl vient avec notre gratitude, et avec notre profonde reconnaissance. Mais cela a aussi un prix. Vous ne pourrez pas vous reposer parce que nous attendons encore plus de votre part… Comme Herzl, vous avez défendu une cause qui a, et continue d’avoir, plus que son lot d’ennemis. Mais cela vous place du bon côté de l'histoire. Et s'il y a quelqu'un dans cette salle qui a le feu, le courage et la foi de faire  face à cette épreuve, c'est vous, Nikki Haley".

Le Président Lauder a également réitéré dans ses remarques l'évolution des centres de compétence des CJM et le caractère critique de la fourniture d'une éducation juive accessible, de la lutte contre les efforts visant à saper l'État d'Israël et de la protection de nos communautés contre la prolifération croissante de l'antisémitisme, tant de la part de l'extrême gauche que l'extrême droite du gouvernement, tout comme les discours de haine dans la sphère numérique. "Aujourd'hui, nous ne sommes pas impuissants et nous avons une voix - une voix forte et claire - que nous avons l'intention d'utiliser. Mais vous entendrez moins de mots et verrez plus d'action. Nous allons combattre l'antisémitisme. Nous lutterons contre les néo-nazis et contre l'antisémitisme de gauche. Nous allons continuer à nous battre. Parce que nous nous battons pour une chose - la survie du peuple juif. Et je vous promets ceci: nous allons gagner".

Parmi les récipiendaires précédents du prix Theodor Herzl figurent la chancelière allemande Angela Merkel, la famille Rothschild, l'ancien secrétaire d'État américain Colin L. Powell, l'ancien vice-président américain Joseph R. Biden, l'ancien président israélien Shimon Peres, Elie et Marion Wiesel, anciens secrétaires de l'état Henry A. Kissinger et George P. Shultz et, à titre posthume, Ronald Reagan et Axel Springer.

 

Le Crif vous propose aussi :

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.