Lu dans la presse
|
Publié le 27 Mai 2020

Europe - L'Allemagne constate une augmentation de l'antisémites et des crimes politiques

Les attentats meurtriers à Hanau et Halle et la fusillade de Walter Lübcke ont tous eu lieu en 2019. Les dernières statistiques montrent que les attaques à caractère politique sont en hausse en Allemagne.

Publié le 27 mai dans DW sous le titre Germany sees rise in anti-Semitic, political crimes

Traduction proposée par le Crif

L'Allemagne a connu une augmentation des crimes d'extrême-droite et d'extrême-gauche en 2019, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer, lors d'une conférence de presse à Berlin.

La police du pays a enregistré un peu plus de 41 000 cas de délits à motivation politique l'année dernière, soit une augmentation de 14,2% par rapport à 2018, alors qu'ils étaient un peu plus de 36 000.

Plus de la moitié de tous les cas pourraient être attribués à la scène d'extrême-droite, selon les statistiques, avec 22 342 cas, soit une augmentation de 9,4%. Les crimes enregistrés pour des motifs politiques allaient de la violence verbale à la propagation de propagande raciste, de discours de haine, à l'agression, l'incendie criminel et le meurtre. Il y a également eu une augmentation de 23% de la criminalité d'extrême-gauche, concentrée en particulier dans la ville orientale de Leipzig.

Lors de la conférence de presse, Horst Seehofer s'est efforcé de dissiper les craintes que la police ou les autorités ne perdent de vue les violences d'extrême droite. "La plus grande menace vient de l'extrême droite, nous devons le voir clairement", a déclaré Seehofer,

Les autorités ont également enregistré 2 032 crimes motivés par l'antisémitisme, soit une augmentation de 13% par rapport à 2018, et le plus élevé depuis la collecte de ces statistiques. 93,4% de ces crimes ont été commis par des auteurs d'extrême-droite. Horst Seehofer a déclaré qu'il y avait un chiffre similaire - 90,1% - pour les crimes islamophobes, qui ont également augmenté de 4% pour atteindre 950 cas.

Plus de propagande, plus de meurtres

La semaine prochaine marque le premier anniversaire du meurtre du politicien conservateur Walter Lübcke, chef du gouvernement à Kassel, dans le centre de l'Allemagne. L'extrémiste d'extrême-droite Stephan E. a d'abord avoué le meurtre, bien qu'il ait retiré les aveux plus tôt cette année et les a remplacés par des aveux partiels impliquant un complice.

Les exécutions d'extrême-droite se sont poursuivies en février de cette année, lorsque neuf personnes issues de l'immigration ont été assassinées par un extrémiste dans deux cafés de Hanau, dans le centre de l'Allemagne.

Les chiffres montrent que 36,8% des crimes d'extrême-droite impliquent des «délits de propagande», 13,7% des «discours de haine raciste», 4,9% des dommages matériels et 4,4% des violences contre les personnes.

Georg Maier, ministre de l'Intérieur de Thuringe, qui a rejoint la conférence de presse en tant que président actuel de la conférence des ministres de l'intérieur de l'État, a été particulièrement franc sur la menace d'extrême-droite.

"Ce que nous avons vécu en 2019 et 2020 représente une nouvelle dimension de menace contre notre démocratie", a déclaré Georg Maier. "Ce danger vient de la droite. Trois meurtres en 2019, et déjà en 2020, 10 meurtres d'origine raciste et d'extrême-droite. Cela faisait longtemps que nous n'avions pas assassiné un représentant politique en Allemagne, et cela montre clairement à quel point le défi est grand pour nous. "

La semaine dernière, Horst Seehofer a assisté à la première réunion d'un comité du Cabinet nouvellement créé, présidé par la chancelière Angela Merkel, pour lutter contre l'extrémisme de droite et le racisme. "Ce fut une discussion très, très bonne et profonde", a déclaré Horst Seehofer. Un rapport du Cabinet sur les nouvelles mesures est prévu pour le printemps prochain.

Les manifestations d'extrême-droite et anti-lockdown

Goerg Maier, un social-démocrate qui a déclaré que ses propres affiches de campagne avaient été effacées par des croix gammées, a déclaré qu'il avait remarqué une augmentation des "structures d'extrême droite", à la fois sous forme de concerts, de clubs d'arts martiaux et de groupes en ligne.

Il a déclaré que les organisateurs utilisaient des concerts pour collecter des fonds pour les campagnes politiques et a mentionné que l'extrême droite avait même ouvert des bars pour créer une autre source de revenus.

Il a continué à relier ces développements à une atmosphère politique plus polarisée et a suggéré que les manifestations récentes contre les mesures de distanciation sociale avaient été délibérément "sapées" par la scène d'extrême droite.

Les données ont été publiées alors que la police allemande perquisitionnait mercredi 25 locaux liés à 31 membres présumés du mouvement anti-gouvernemental des citoyens du Reich - un mouvement qui chevauche des groupes extrémistes d'extrême droite.

Le groupe était soupçonné d'avoir fabriqué de faux documents, notamment des passeports, des permis de conduire et des certificats de naissance. Les raids ont eu lieu dans les États de Hesse et de Bade-Wurtemberg.

Une faction du groupe a été officiellement interdite par Horst Seehofer en mars pour ses sympathies antisémites et d'extrême-droite.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.