Lu dans la presse
|
Publié le 30 Juin 2020

Europe - Le FPLP aux ONG palestiniennes : "Résistez par tous les moyens aux clauses anti-terroristes de l'UE"

La déclaration du FPLP est considérée par les organisations pro-israéliennes comme une indication du lien étroit entre les ONG et les groupes terroristes.

Publié le 29 juin dans le Jerusalem Post sous le titre PFLP to Palestinian NGOs: 'Resist by all means' EU's anti-terror clauses

Traduction proposée par le Crif

Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a appelé lundi toutes les institutions palestiniennes, y compris les organisations non gouvernementales (ONG) à adopter une position unifiée rejetant les conditions de financement de l'Union européenne pour lutter contre le terrorisme.

Dans le cadre de ses efforts pour garantir que l'argent des contribuables européens ne contribue pas au terrorisme, l'Union européenne a adopté en 2017 une directive stipulant que les ONG bénéficiant d'un financement de l'UE ne peuvent pas utiliser les ressources pour financer le terrorisme. Un article de l'annexe II des conditions générales attachées aux subventions de l'UE stipule donc que les ONG doivent veiller à ce qu'aucun de leurs envois de fonds ne puisse aller aux organisations énumérées par l'UE dans des mesures restrictives.

Plusieurs groupes terroristes palestiniens figurent sur ces listes, notamment le FPLP, le Jihad islamique palestinien (JIP) et le Hamas, entre autres. De plus, en décembre 2019, plusieurs responsables d'ONG ont été arrêtés en lien avec le meurtre de l'Israélienne Rina Schnerb, 17 ans.

Dans un communiqué publié en ligne, le FPLP a appelé toutes les ONG et organisations à refuser les conditions fixées par l'UE, à "leur résister par tous les moyens" et à faire pression sur l'UE pour qu'elle annule la clause antiterroriste.

Le FPLP a compris la pression financière subie par les organisations palestiniennes, selon le communiqué, accusant la pandémie de coronavirus et l'"occupation sioniste", mais a déclaré que l'adhésion à la clause antiterroriste de l'UE constituerait une "soumission" aux conditions de l'UE, qui, selon lui, a déclaré, confondre les mouvements nationaux palestiniens avec le terrorisme.

En outre, la clause de l'UE a été motivée par des "mesures sionistes" visant à imposer la solution préférée d'Israël, a ajouté le communiqué.

Par conséquent, le FPLP "a souligné la nécessité pour les institutions d'émettre une position nationale unifiée rejetant ces conditions qui ont porté un coup aux fondations des institutions civiles exprimant l'identité nationale palestinienne, et ne sont pas isolées de la lutte du peuple palestinien et de leur mouvement national pour mettre fin à l'occupation. "

Jusqu'à présent, quelques 130 ONG ont déclaré publiquement qu'elles ne respecteraient pas la clause, insistant sur le fait que la stipulation équivaut à une ingérence illégale dans le processus politique palestinien par des organismes extérieurs, car les groupes terroristes en question sont des "partis politiques". Parmi eux, l'ONG The BADIL Resource Center for Palestine Residency and Refugee Rights, qui a perdu au début du mois 1,7 million d'euros de financement pour un projet de trois ans, intitulé "Mobiliser pour la justice à Jérusale '', après avoir refusé d'adhérer à la clause anti-terrorisme.

Fin décembre 2019, les ONG ont lancé la "Campagne nationale palestinienne pour rejeter le financement conditionnel" pour s'opposer à la mesure. Dans une déclaration publiée sur le site Web de Badil, la campagne a déclaré à propos de la clause de l'UE: "Ces conditions ont atteint un niveau inacceptable qui stipule la signature des dispositions sur la prévention du terrorisme qui affectent l'histoire et la lutte de notre peuple. Sans aucun doute, cette escalade ne peut être séparés de toutes les politiques et approches visant à effacer les droits nationaux palestiniens. "

Dans la déclaration de lundi, le FPLP a en outre appelé toutes les institutions actives en Cisjordanie, à Jérusalem et dans la bande de Gaza à former une position unifiée contre la clause de l'UE, à travers laquelle une réelle pression concrète pourrait être exercée sur l'UE pour qu'elle abandonne la mesure.

Commentant la déclaration, ONG Monitor a déclaré au Jerusalem Post que la déclaration du FPLP était révélatrice du lien étroit entre les ONG et les groupes terroristes tels que le FPLP.

La vice-présidente d'ONG Monitor, Olga Deutsch, a déclaré: "cela élimine tout doute sur les relations entre un groupe terroriste désigné par l'UE, le FPLP, et les ONG qu'il considère comme une extension de lui-même - des groupes dont nous avons longtemps averti les gouvernements donateurs européens. Cela démontre une grande audace qu'un groupe terroriste et un élément important de l'establishment palestinien se sentent en droit d'appeler les Palestiniens à "résister par tous les moyens" aux restrictions anti-terroristes".

 

A lire aussi : 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.