Lu dans la presse
|
Publié le 24 Septembre 2019

Europe/Antisémitisme - Ukraine : Les incidents antisémites se sont multipliés ces dernières semaines

Trois monuments commémoratifs de la Shoah ont été profanés au cours des dernières semaines en Ukraine.

Publié le 19 septembre dans le Jerusalem Post sous le titre ANTISEMITIC INCIDENTS RAMPANT IN RECENT WEEKS ACROSS UKRAINE

Traduction proposée par le Crif

La profanation de monuments commémoratifs de la Shoah, les salutations nazies lors d’un match de football et les menaces contre les dirigeants juifs - y compris le président nouvellement élu, Volodymyr Zelensky - ne sont que quelques-uns des incidents antisémites qui ont eu lieu en Ukraine ces dernières semaines.

Le mardi 17 septembre, dans l'après-midi, à Golovanevsk, un mémorial de la Shoah commémoration le meurtre d'environ 900 juifs du village entre la fin de 1941 et le début de 1942, a été vandalisé.

"La population juive du village a été anéantie lors de deux opérations d'assassinat majeures: à la fin du mois de septembre 1941, 570 personnes ont été abattues dans trois sites de meurtre situés l'une à côté de l'autre et en février 1942, lorsque 165 Juifs ont été abattus", selon Yad Vashem.

Des graffitis antisémites comprenant des croix gammées et une note menaçant la réalisétion d'un second génocide juif ont été découverts dimanche sur un autre monument commémoratif de l'Holocauste à Bogdanovka, près d'Odessa. La note menaçait à la fois le président Volodymyr Zelensky et le directeur général du Comité juif ukrainien Eduard Dolinsky, affirmant que "la vente de terres ukrainiennes mènera rapidement à un second holocauste".

Selon Yad Vashem, des dizaines de milliers de Juifs auraient été tués sur le site, qui était un camp de concentration établi par les autorités d'occupation roumaines. On estime que 54 000 Juifs d'Odessa et de Bessarabie y ont été emprisonnés.

Suite à une épidémie de typhus en décembre 1941, il fut décidé de liquider le camp. Quelque 5 000 prisonniers malades et handicapés ont été enfermés dans deux écuries, qui ont ensuite été incendiées. «Le reste des prisonniers a été emmené par groupes de 300 à 400 personnes vers la rivière", a expliqué un porte-parole de Yad Vashem. «Ils ont été obligés d'enlever leurs vêtements et de s'agenouiller. Ensuite, ils ont été abattus ».

Eduard Dolinsky a déclaré au Jerusalem Post que «des incidents antisémites se produisent régulièrement. Mais parfois, le nombre augmente. Ces trois dernières profanations sur les mémorials de l’Holocauste [ont] probablement été commises par un individu ou un groupe à cause d’un message [similaire] sur la terre, tel que "Les Yids arrêtent la vente de terres ou vous obtenez un Holocauste".

Il a également déclaré que ces messages "font référence à une déclaration récente [de Zelensky] autorisant un marché libre pour les terres agricoles", ce qui a provoqué la colère de certains Ukrainiens.

"Il existe de nombreux messages sur les médias sociaux ukrainiens à propos des Israéliens qui s'empareront de la terre ukrainienne et créeront la deuxième Jérusalem", a-t-il ajouté.

Le journaliste ukrainien Efim Marmer, qui a initialement publié un article sur le vandalisme à Golovanevsk, a déclaré au JPost: "C’est vraiment une histoire très triste, particulièrement pour moi. Je suis né à 30 km de cet endroit. Non loin de Golovanevsk se trouve la ville ... où ... des Juifs ont été tués, y compris des membres de ma famille."

Efim Marmer a ajouté que le mémorial avait été financé et construit «par des personnalités célèbres en Ukraine : Leonid Shmaevich et Galina Kuzmenko».

La Confédération juive d'Ukraine (JCU) a déclaré dans un communiqué mercredi 18 septembre, qu'elle "est profondément préoccupée par cette série d'actes antisémites et de vandalisme. Le 15 septembre, dans la région de Mykolaïv, des vandales ont souillé un monument en mémoire aux victimes de la Shoah en le peignant avec des croix gammées et en y collant une feuille de papier avec des menaces. Le 17 septembre, le même texte a été retrouvé sur un autre monument profané, mais déjà dans la région de Kirovohrad."

La JCU a déclaré que la police avait ouvert des procédures pénales depuis, mais que les responsables n'ont pas encore été identifiés.

L'ambassadeur d'Israël en Ukraine, Joel Lion, a déclaré: "C’est un crime de haine antisémite, sans aucun doute. Je demande au gouvernement ukrainien de condamner fermement ce crime et de traduire rapidement les responsables en justice."

À la fin du mois dernier, un troisième mémorial de l'Holocauste près de la ville de Vradievka, dans le nord-ouest de l'Ukraine, a également été vandalisé. Ce site marque le secteur dans lequel environ 7 000 Juifs ont été assassinés à l'automne 1941.

La JCU a annoncé la semaine dernière que la police nationale ukrainienne avait ouvert 11 procédures pénales relatives aux infractions liées à l'antisémitisme commises au cours des huit premiers mois de cette année.

Pendant ce temps, lors d'un récent match de football dans la ville de Lviv, des supporters ont été vus en train de saluer les nazis en scandant "Gloire à la nation - la mort à l'ennemi".

Dolinsky a déclaré sur Facebook que la Fédération de football ukrainienne avait été contactée à ce sujet et que le Comité juif ukrainien avait appelé la fédération à "réfléchir à la lutte contre le racisme et à l'antisémitisme".

Également à Lviv le mois dernier, des graffitis antisémites exigeant que les Juifs quittent l'Ukraine ont également été découverts.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.