Lu dans la presse
|
Publié le 21 Mars 2016

François Hollande lance la semaine contre le racisme et l'antisémitisme

Le Président de la République s'est invité par surprise, lundi, au musée de l'Immigration. 

Semaine d'éducation contre le racisme et l'antisémitisme

"Des mots peuvent conduire à des gestes puis à des actes de haine. Il faut condamner le premier mot" — Le président François Hollande lors du lancement de la Semaine d'éducation contre le racisme et l'antisémitisme

Posté par Élysée – Présidence de la République française sur lundi 21 mars 2016

Slam contre les préjugés #TousUnisContreLaHaine par Najat-Belkacem
Publié dans le Point le 21 mars 2016
 
François Hollande était l'invité surprise de la cérémonie organisée pour le lancement de la "semaine d'éducation et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme", qui doit fédérer quelque 300 initiatives du 21 au 28 mars. 
 
Le musée de l'Immigration, hôte de la cérémonie, organise à cette occasion une série de spectacles gratuits, débats, exposition d'art contemporain et ateliers, pour "mobiliser et sensibiliser le public, et notamment les jeunes".
 
Les collégiennes venues présenter leur slam ne s'attendaient pas à un spectateur aussi prestigieux. L'arrivée de François Hollande, lundi 21 mars 2016, au musée de l'Immigration, a été saluée par des cris d'incrédulité dans la salle emplie de jeunes, alors que la ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem venait de terminer son discours.
 
Sur l'écran, le petit film réalisé par les trois collégiennes du 18e arrondissement défilait - un slam à la réalisation très professionnelle, autour d'un refrain scandant que "les origines les couleurs on n'en parle pas, le vivre ensemble c'est le plus grand des combats".
 
"C'est la parole des jeunes qui a été mise en musique et en mots, c'est leur travail, et c'est sans doute pourquoi leur message est aussi fort, parce qu'il est ressenti", a déclaré François Hollande après la projection. "Il faut que vous soyez partie prenante, vous les jeunes, c'est vous qui allez décider de notre avenir commun", a-t-il ajouté. Assises sur le podium à ses côtés, Fatou, Amina et Neiba, âgées de 12 à 13 ans, étaient visiblement émues... Lire l'intégralité.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.