Lu dans la presse
|
Publié le 10 Juin 2020

France - 10 juin 1944, Oradour-sur-Glane : des commémorations a minima

Comme chaque année, des cérémonies auront lieu pour rendre hommage aux morts d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), massacrés par les nazis le 10 juin 1944. En raison du Covid-19, les commémorations seront confidentielles. En mémoire de ces centaines de victimes, (re)découvrez le témoignage de Robert Hébras, le dernier survivant du massacre d'Oradour-sur-Glane.

Publié le 9 juin dans France Info

Ils sont entre 800 et 2 500 à se rassembler, chaque année, dans les ruines de la cité martyr d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), pour commémorer le terrible 10 juin 1944. Ce jour-là, 642 civils, hommes, femmes et enfants, sont massacrés par la division SS Das Reich. Mais cette année, les commémorations ne se dérouleront pas comme d’habitude. Une nouvelle épreuve pour Robert Hébras, seul survivant de ce massacre. "La première commémoration a eu lieu le 10 juin 1945 et depuis il y a toujours eu des cortèges", se souvient-il.

Le souvenir perdure

Pas de cortège cette fois, ni de messe du souvenir. Les cérémonies se feront pourtant de manière officielle mais quasiment à huis clos. "Nous aurons une vingtaine de personnes avec les porte-drapeaux, alors qu’habituellement, nous avons énormément de monde", indique Philippe Lacroix, maire d’Oradour-sur-Glane. Période tragique de la Seconde Guerre mondiale, le massacre d’Oradour-sur-Glane a marqué les consciences et, malgré la pandémie de coronavirus, le souvenir perdure.

***

“Robert Hébras, le dernier d'Oradour”, un document humain et émouvant

Publié le 9 juin 2019, dans France 3

Robert Hébras, est aujourd'hui le dernier survivant du massacre d'Oradour-sur-Glane du 10 juin 1944. A l'occasion du 75e anniversaire de la tragédie, France 3 Nouvelle-Aquitaine l'a accompagné, une dernière fois, dans les rues du village martyr.

Il a 19 ans, presque insouciant. Il va vivre l'horreur mais il va survivre.

Ce 10 juin 1944, il n'a pas peur malgré les uniformes. Il n'a pas peur malgré les avertissements de sa mère.

Il ignore tout de la guerre. Il n'a pas peur… jusqu'à ce que la mitraillette se mette à tirer, jusqu'à ce que ses camarades tombent sur lui, jusqu'à ce que les flammes gagnent son corps.

Robert Hébras est aujourd'hui le dernier des six survivants du massacre commis à Oradour-sur-Glane par les hommes de la Division SS Das Reich. 75 ans après l'indicible et avant que sa voix ne s'éteigne, Robert Hébras a accepté, une ultime fois, de refaire le chemin de sa maison à la place du village, puis de la grange Laudy à la porte qui s'ouvrait sur la liberté et sur la vie.

Le 10 juin 1944, Robert Hébras a perdu sa mère et ses deux sœurs, brûlées vives dans l'église. En mémoire des 642 enfants, hommes et femmes victimes de la barbarie, dans ce petit village de Haute-Vienne aujourd'hui figé dans les heures sombres de l'Histoire,

Robert Hébras nous livre un témoignage personnel et humain, pour que personne, jamais, n'oublie.

 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.