Lu dans la presse
|
Publié le 14 Mai 2018

#France #Attentat - Le terrorisme islamiste au cœur de Paris

À nouveau, l’islamisme radical a tué en plein Paris. Le Crif condamne cet ignoble assassinat et adresse ses condoléances à la famille de la victime. Il exprime toute sa solidarité aux blessés et à leurs familles, et félicite les forces de l’ordre pour leur action. (Tweet du Crif)

Publié le 13 mai 2018 dans Les Echos

Une personne a été tuée et quatre blessées samedi soir dans le centre de Paris par un homme armé d'un couteau, selon des sources policières. L'assaillant a été abattu par des policiers. D'après des sources proches de l'enquête, il s'agit d'un jeune homme fiché S (pour « sûreté de l'Etat ») depuis 2016 mais sans antécédent judiciaire. Il était né en Tchétchénie en 1997 et possédait la nationalité française depuis 2010.

L'agression a eu lieu avant 21 heures rue Monsigny, dans le IIe arrondissement de la capitale, près de l'Opéra, un quartier de bars, restaurants et théâtres très fréquenté le samedi soir. Le groupe Etat islamique - par le biais de son organe de propagande Amaq - a revendiqué l'attaque.

Un acte probablement isolé

Le procureur de Paris a annoncé dans la soirée, que la section antiterroriste du parquet de Paris avait été saisie. « A ce stade et sur la foi d'une part de témoignages faisant état du fait que l'agresseur a crié « Allah Akbar » en attaquant les passants au couteau, et compte tenu du mode opératoire, nous avons saisi la section antiterroriste du parquet de Paris », a déclaré François Molins, sur place.

L'enquête est menée notamment sous les qualifications d' « assassinat » et de « tentatives d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique », « en relation avec une entreprise terroriste », a-t-il précisé. Les parents de l'assaillant ont été placés à garde à vue ce dimanche matin.

Un ami de l'assaillant a été arrêté dimanche après-midi à Strasbourg et placé en garde à vue, selon une source judiciaire. L'homme est né en 1997, comme l'agresseur, a précisé cette même source.

Le ministre a affirmé, dimanche matin, que tous les blessés étaient désormais hors de danger. « Je viens de voir la personne la plus grièvement blessée. Elle va mieux. Elle a été opérée. Aujourd'hui elle est sauve », a-t-il déclaré. Gérard Collomb a également salué le travail des « policiers qui ont neutralisé en quelques minutes l'assaillant ». Le Premier ministre Edouard Philippe a, de son côté, précisé, que l'assaillant avait été « neutralisé » « dans les 9 minutes après le premier appel » signalant l'attaque.

Les blessés hors de danger

Selon les premières informations, l'agresseur a agi seul. Il aurait attaqué au couteau cinq passants au hasard aux abords de la rue Saint-Augustin, a indiqué la préfecture de police. Une personne a été tuée. Il s'agit d'un homme de 29 ans, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb.

Quatre autres personnes ont été blessées. Un homme de 34 ans a été transporté en « urgence absolue » à l'hôpital Georges-Pompidou. Une femme de 54 ans a été elle aussi grièvement blessée. Une autre femme de 26 ans et un homme de 31 ans ont été blessés plus légèrement.

« Le prix du sang »

De son côté, Emmanuel Macron a déploré que la France paye « une nouvelle fois le prix du sang » mais assuré qu'elle ne céderait « pas un pouce aux ennemis de la liberté ». « Je salue au nom de tous les Français le courage des policiers qui ont neutralisé le terroriste » a ajouté le chef de l'Etat sur Twitter.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.