Lu dans la presse
|
Publié le 3 Janvier 2018

#France - Créteil : des croix gammées taguées sur deux magasins cacher

Cinq signes nazis, peints en rouge sur les volets métalliques, ont été découverts par les gérants ce mercredi matin, dans le centre commercial Kennedy au Mont-Mesly. Gérard Collomb, le Ministre de l'Intérieur, a publié un communiqué dans lequel il condamne fermement ces actes et tient à adresser son soutien aux résidents visés par cette attaque ainsi qu’à la communauté juive de France.

Communiqué de presse de Gérard Collomb, Ministre de l'Intérieur, le 3 janvier 2018

Gérard Collomb, ministre d’État, ministre de l’Intérieur, a appris avec une profonde indignation aujourd’hui, mercredi 3 janvier, la présence d’inscriptions antisémites sur la devanture des magasins Hyper Cacher et Promo Stock de Créteil (94) ainsi que sur la porte d’accès d’un immeuble du 14ème arrondissement de Paris, dans lequel habitent des personnes de confession juive, directement visées. 

Gérard Collomb condamne fermement ces actes et tient à adresser son soutien aux résidents visés par cette attaque ainsi qu’à la communauté juive de France.

Il souhaite que tout soit mis en œuvre pour identifier les auteurs afin qu’ils aient à en rendre compte devant la justice.

***

Publié le 3 janvier 2018 dans Le Parisien

Cinq immenses croix gammées, tracées à la bombe rouge sur les rideaux métalliques. Voilà ce qu’ont découvert deux commerçants de Créteil en prenant leur service ce mercredi matin. Les signes nazis ont été peints dans la nuit sur deux enseignes d’alimentation cacher, l’Hypercacher et l’épicerie mitoyenne Promo & Destock, situées dans le centre commercial Kennedy au cœur du quartier du Mont-Mesly.

« Quand je suis arrivé, il y avait trois croix sur mes grilles et deux sur celles du voisin. C’était choquant », souffle le gérant de l’Hypercacher, encore secoué par la découverte des tags de plus de deux mètres sur deux. « Je suis ici depuis 2009 et ça ne s’était jamais produit », certifie le patron de l’épicerie mitoyenne. Il décrit un sentiment de « désolation » face à cette « mesquinerie ». « Est-ce un acte antisémite ou une provocation ? De l’intimidation ou juste une ânerie ? s’interroge-t-il. Je ne trouve pas les mots… »

Sur place dès 8 h 30 ce mercredi, la police a procédé à plusieurs relevés jusqu’à 10 heures. Les gérants attendent désormais l’intervention d’une équipe de nettoyage pour faire disparaître les dégradations dans la journée.

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.