Lu dans la presse
|
Publié le 31 Décembre 2018

France - Dérapage ou malentendu : la une du magazine du Monde sur Macron fait polémique

Le Crif se joint à la vague de vives critiques suscitée par la Une du magazine hebdomadaire du Monde aux références graphiques plus que douteuses.

Publié le 30 décembre dans Le Point

Le Monde a présenté, samedi soir, ses excuses après la parution d'une illustration malheureuse à la une de son magazine hebdomadaire. En illustration d'un grand récit signé d'Ariane Chemin, le magazine représentait Emmanuel Macron dominant une foule massée sur les Champs-Élysées dans une mise en scène pouvant évoquer Hitler et l'esthétique nazie. « La couverture de M le magazine du Monde datée du samedi 29 décembre a provoqué des réactions critiques de certains de nos lecteurs. Nous présentons nos excuses à ceux qui ont été choqués par des intentions graphiques qui ne correspondent évidemment en rien aux reproches qui nous sont adressés », a écrit le directeur des rédactions Luc Bronner dans Le Monde.fr.

Selon Luc Bronner, « les éléments utilisés faisaient référence au graphisme des constructivistes russes au début du XXe siècle, lesquels utilisaient le noir et le rouge. La couverture s'inspire par ailleurs de travaux d'artistes, notamment ceux de Lincoln Agnew, qui a réalisé de nombreux sujets graphiques pour M le magazine du Monde ». De nombreux internautes ont alors juxtaposé à la une du Monde un travail de Lincoln Agnew représentant... Adolf Hitler.

C'est peu dire que la une du magazine a suscité la polémique sur les réseaux sociaux. L'un des premiers à s'en émouvoir était Richard Ferrand, qui s'est interrogé sur Twitter sur ces « références graphiques et iconographiques ».

Plagiat

Les explications tardives du Monde n'ont pas toujours convaincu, notamment le dessinateur Joann Sfar qui dénonce une illustration « inexcusable ».

Dans un billet de blog qui déroule les éléments de cette polémique, le chercheur André Gunthert, spécialiste des cultures visuelles, souligne que la polémique a surtout dévoilé un pur plagiat : « En attendant de plus amples explications, il est vraisemblable que le graphiste du Monde avait pensé son emprunt suffisamment camouflé pour rester dans un registre d'évocation floue », écrit-il.

D'autres internautes ont pris la défense du magazine et, avant même les explications du directeur de la rédaction, évoqué la référence au constructivisme. Au lendemain de la mobilisation des Gilets jaunes qui a pris pour cible à Paris BFM TV, ils ont appelé à l'apaisement, ainsi du philosophe Raphaël Glucksmann.

Une image ambiguë

En réalité, on peut considérer que Lincoln Agnew s'inspire autant des constructivistes que des caricaturistes antifascistes, dont John Heartfield, ancien dadaïste qui travaillait pour Arbeiter Illustrierte Zeitung (le « Journal illustré des travailleurs », publié de 1924 à 1938) et dont les collages sur Hitler sont passés à la postérité. La grande différence est que, à l'époque, ce genre de montage était une arme de contre-propagande qui se devait d'être très facile à comprendre, univoque.

Dans le cas de la une de M, l'image est ambiguë. Domine-t-il le peuple ou se fait-il absorber par lui ?

Ce n'est pas la première fois qu'une une de magazine sur Emmanuel Macron fait polémique. En janvier 2018, L'Obs avait représenté le président entouré de barbelés dans une mise en scène noire et rouge pour dénoncer la politique de la France envers les migrants.

Le Crif vous propose :

A propos de la Une de « M le magazine du Monde »: notre erreur et notre responsabilité dans Le Monde

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.