Lu dans la presse
|
Publié le 6 Janvier 2017

#France - Hyper Cacher : l'hommage du 9 janvier : tribune de Francis Kalifat

Le billet de la semaine par Francis Kalifat, Président du CRIF, dans Actu J
Publié dans Actu J le 4 janvier 2017
 
Philippe, Yohan, Yohav et François Michel, quatre prénoms qui résonnent au plus profond de nous et rejoignent Ilan, Jonathan, Gabriel, Arié et Myriam. Tous, victimes de la même idéologie, des mêmes préjugés, des mêmes clichés, de la même haine et du même fanatisme. Tous coupables d’être juifs, aux yeux de leurs bourreaux.
Le 9 janvier prochain marquera le deuxième anniversaire de l’attentat contre l’Hyper Cacher de Vincennes.
Après le meurtre d’ Ilan Halimi et le massacre d’Ozar HaTorah, la haine antijuive frappait une nouvelle fois en France et venait renforcer ce sentiment de solitude et d’abandon qui nous avait envahi après une hausse inédite des actes et des violences antijuives dans notre pays.
Sentiment horrible de devoir vivre retranché et de devoir s’effacer. 
Sentiment angoissant de vivre un destin à part et de ne pas bénéficier de la solidarité de nos compatriotes.
Depuis les attentats de novembre 2015 ce sentiment recule. Tous les Français savent désormais que ce ne sont plus ses symboles qui sont visés mais bien la France entière qui est attaquée, sa culture, sa liberté, son mode de vie et sa vision du monde. 
 
«Tous coupables d’être juifs, aux yeux de leurs bourreaux»
 
Nous, Français juifs, retrouvons peu à peu notre place dans la communauté nationale. Nous étions vigilants et inquiets nous le sommes toujours. Nos vies ne sont pas devenues plus insouciantes. Nous sommes lucides, et nous savons que nous demeurons des cibles de choix pour les terroristes islamistes. Au moins nous ne sommes plus des cibles dans l’indifférence.
 
Pour marquer ce moment de notre histoire et  l'inscrire dans notre mémoire collective, le CRIF organise le 9 janvier prochain, une cérémonie d’hommage et de recueillement aux côtés des familles des victimes et de ceux retenus en otages. 
Afin de permettre à chacun de se recueillir, d’allumer les bougies du souvenir et d’exprimer sa solidarité avec les otages, nous érigerons une tente devant le magasin Hyper Cacher, porte de Vincennes entre 19h30 et 22h00.
 
Avec à mes côtés le grand rabbin de France, le président du Consistoire et le président du Fonds social juif unifié, nous entourerons les familles et leur exprimerons la solidarité de l’ensemble de  la communauté  juive.
Soyons nombreux en cette date anniversaire à venir témoigner et dire que nous n’oublierons jamais Philippe Braham, Yohan Cohen, Yohav Hatab et François Michel Saada victimes de la haine antijuive, le vendredi 9 janvier 2015 dans l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Que leur mémoire soit bénies. 
 

Nos réseaux sociaux en direct

#CultureJ - Barbara: les dix dates à marquer d'une pierre rouge pour la Dame en noir

La grande chanteuse a vécu une vie tourmentée qu'elle raconta de façon subliminale dans ses chansons.

Voici les dix dates de ce destin unique :

1930: Naissance à Paris de Monique Serf, la future Barbara. Elle est la petite sœur de Jean. Ses deux parents Jacques Serf et Esther Brodsky sont juifs. Lors de la Deuxième Guerre mondiale, la famille devra fuir Paris pour se cacher afin de ne pas être livré à l'occupant allemand.

1940: À dix ans, elle est victime pour la première fois du comportement incestueux de son père. Barbara restera marquée à vie.

1949: À 19 ans, elle quitte le conservatoire et tente sa chance dans les cabarets de Bruxelles sous le nom de scène Barbara Brodi. Elle rencontre en 1951 la pianiste géorgienne Ethery Rouchadze avec qui elle perfectionne l'art du piano.

(...)

Pour lire l'intégralité de l'article : bit.ly/2kpdN1A

Aujourd’hui la célébrissime école de mode Shenkar située dans la banlieue de Tel Aviv est dans le top 5 mondial

#ActuJ - Ouverture historique d’une synagogue à Palerme

Pour fêter le 500e anniversaire de l’expulsion des juifs d’Espagne par les gouvernants espagnols, l’évêque de Palerme a décidé de donner à la communauté juive, l’oratoire de Notre-dame, et en faire un lieu de culte destiné à la communauté.

L’église financera les travaux de rénovation sur le site pour créer une nouvelle synagogue et un centre du patrimoine juif en direction des plusieurs douzaines de Juifs qui vivent actuellement dans la ville; Statistiques qui pourraient facilement accroître dans les années à venir.

Selon Michael Freund, responsable de l’organisation Shavei Israël, « C’est un miracle, qu’après plus de 500 ans, il y ait encore des gens en Sicile qui sont attachés fièrement à leurs racines juives. Cela constitue une preuve que ni l’expulsion ni l’Inquisition ont été capables d’éteindre l’étincelle juive dans leur cœur. Avec l’aide de D-ieu, poursuit-il, le son des chants du chabbat et des prières juives va, à nouveau, être entendu dans les rues de Palerme ».

La cérémonie officielle du transfert de ces propriétés a eu lieu le 12 janvier, date d'anniversaire de l’expulsion des Juifs de Sicile en 1943.

Pour lire l'intégralité de l'article : bit.ly/2jYrMiE

Incapables de rester les bras croisés les mouvements de jeunesse israéliens ont effectué une deuxième collecte à grande échelle de vêtements d'hiver.

#ActuJ #MémoireJ – Chelles : La mère de Richard Kolinka a raconté comment elle a survécu aux camps de la mort

La semaine dernière, nous avons évoqué sur nos réseaux sociaux, l’histoire fascinante de Ginette Kolinka, à travers son témoignage. Ginette, l’une des plus actives passeuses de la mémoire de la Shoah, sillonne le pays pour raconter son histoire aux jeunes générations, afin de ne jamais oublier.

Samedi, c’est à Chelles que Ginette intervient pour parler de l’histoire.
Près de 120 élèves de troisième et quelques parents étaient réunis, samedi matin, au collège Camille-Corot de Chelles. Bien que l’établissement soit d’ordinaire fermé le samedi, tous ont répondu présent.
Jean-Riad Kechaou, le professeur d’histoire-géographie à l’origine de cette conférence, résume : « Vous n’êtes pas devant un livre d’histoire, vous êtes devant l’Histoire. »

Ginette Kolinka, qui fêtera ses 92 ans en février, semble ne rien oublier de l’histoire, et s’en remémore les moindres détails, ce qui captive son auditoire.
Le principal adjoint a même été « bluffé » par le comportement des adolescents. « En deux heures, il n’y a quasiment pas eu de bavardages », souligne-t-il.

Si Ginette Kolinka a décidé de témoigner, c’est aussi pour combattre l’antisémitisme. « On dit : c’est facile, les Juifs, ils se plaignent toujours », regrette la nonagénaire. « En écoutant Ginette, cet antisémitisme disparaît », assure Jean-Riad Kechaou.

Pour lire l'intégralité de l'article : bit.ly/2j8UdWp

Israeli photographer Yulia Tates shows off the true beauty of those with albinism in her new "Porcelain Beauty" photo series.

#ActuJ #Monde - Avec "Yolocaust", un artiste moque les selfies pris dans les lieux de mémoire

Shahak Shapira est de Tel Aviv, et vit aujourd’hui à Berlin. Son grand père fait parti des athlètes assassinés lors des JO de Munich.

Il est l'auteur du site Yolocaust, devenu viral depuis sa mise en ligne mercredi.
A travers ce projet photo, il souhaite dénoncer les selfies déplacés des touristes pris au mémorial de l'Holocauste : Le lieu est devenu si banal auprès de certains jeunes, que ces derniers le prennent comme une attraction en s'exhibant à travers des selfies déplacés, sans prendre conscience de la gravité de l'endroit où ils se trouvent.

L'artiste a donc décidé de contracter "Yolo" (on ne vit qu'une fois) et "Holocauste", partant du principe que l'on meurt deux fois : Une première fois physiquement et une seconde fois lorsque l'on tombe dans l'oubli.

En juxtaposant des photos de touristes et des photos historiques des camps, il démontre alors l'absurdité de ces selfies pris sur les lieux en question.

Allant encore plus loin dans la démonstration, Shahak Shapira a mis en place un système permettant de glisser la souris sur un cliché, qui laissera alors apparaître une version bien plus saisissante : L'artiste a photoshopé toutes les images qu'il a trouvé sur les réseaux sociaux pour y ajouter des photos de victimes de la Shoah, avec des corps décharnés, en arrière-plan.

Pour lire l'intégralité de l'article : bit.ly/2jpaCqM

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.