Lu dans la presse
|
Publié le 19 Avril 2018

#France - Jérémy Dahan : une affaire troublante

A la découverte de la mort de l'homme de 40 ans, le Crif et les institutions juives françaises avaient prêté une attention particulière au déroulé de l'enquête, veillant à ce que chaque piste soit envisagée par la police.

Publié le 18 avril 2018 dans ActuJ

Pourquoi Jérémy Dahan a-t-il été sauvagement tué, la nuit du 10 avril, dans son studio parisien ? De retour du Mexique avec sa récente épouse en octobre dernier, Jérémy Dahan, 41 ans, rencontre Eric, un entrepreneur dans le bâtiment dont les services lui ont été recommandés par un ami. En quelques mois, ce Moldave de 35 ans réalise pour lui des travaux, notamment dans son salon de coiffure du 12e arrondissement. Il lui propose bientôt de louer, par son intermédiaire, l’un de ses biens à deux de ses connaissances, dans le 9e arrondissement, dont son propre frère. 

Ce soir du 10 avril, Jérémy Dahan s’absente quelques heures pour, dit-il à son épouse, récupérer plusieurs loyers, selon un proche de la famille joint par Actualité juive. Le dernier appel téléphonique est passé à 22h41, le téléphone de la victime bornant rue de Bagnolet. Puis plus rien. Des voisins raconteront plus tard à la police avoir entendu des cris puissants résonner dans l’immeuble.

Le corps supplicié de la victime sera finalement retrouvé près de ving t-quatre heures plus tard par un ami, accompagné d’un serrurier. L’autopsie révélera des signes d’étranglement, un poignet brisé et de probables coups de marteau portés au visage. Deux personnes ont été arrêtées en fin de semaine dernière. « A ce stade de l’enquête, il s’agit d’un crime de droit commun », nous indique une source bien informée. « Quant à la circonstance aggravante antisémite, elle n’est pas exclue pour le moment. Mais elle n’est pas la piste la plus avancée ». 

Selon Le Parisien, le principal suspect a été mis en examen, lundi à Paris, puis écroué.

Les cartes de crédit et la voiture du quarantenaire manquent à l’appel à l’heure de l’inventaire. Les premières seront retrouvées dans l’appartement d’Eric, dont l’épouse a été auditionnée par la police le 12 avril. La Mini-Cooper réapparaîtra elle le lendemain, quelques heures après l’enterrement, à Vanves, dans cette commune paisible où vivait le couple Dahan dans l’attente d’un heureux événement. Des traces de sang effacées y sont identifiées. Reste ce bijou offert par l’épouse de Jérémy Dahan qui fait toujours défaut. Un pendentif Haï. 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.