Lu dans la presse
|
Publié le 28 Août 2019

France - La synagogue de Lille à la reconquête de son faste d’antan

La synagogue de Lille est aujourd’hui le théâtre d’une rénovation sans précédent" Cent trente années après sa construction, l’édifice est en passe de retrouver sa splendeur originelle.

Publié le 27 août dans La Voix du Nord 

Une restauration complète et à l’identique

« Ce bâtiment correspond à toute l’histoire de la communauté juive de Lille (500 familles). Nous voulons, pour les 130 ans de la synagogue, qui est inscrite aux Monuments historiques depuis 1984, aller plus loin qu’une simple remise en état. Nous lançons une restauration complète afin de retrouver les couleurs originelles, l’intérieur, la toiture, le dôme disparu, le mobilier… C’est également un bâtiment remarquable de type Eiffel, avec ses douze piliers qui représentent les douze tribus juives ».

Pour répondre à l’antisémitisme, « à l’ignorance », à défaut de pouvoir le faire « pour le fanatisme », la reconquête passe aussi par la valorisation et la conservation du patrimoine, par une action à la fois « culturelle et cultuelle ». « Ce lieu est ouvert à tous. 3 000 personnes non juives y sont entrées, souvent grâce à un cycle de conférences, depuis 2014 », précise Guy Bensoussan.Guy Bensoussan, président de la communauté juive de Lille, feuillette la première épreuve du livre-album « La synagogue de Lille d’hier et de demain », écrit sous sa direction par Danielle Delmaire, professeur émérite de l’université de Lille. Une phrase marque le propos : « Le souci constant de transmettre aux générations futures l’histoire de la communauté juive à Lille en offrant une vision approfondie et vivante de son histoire. »

Une valeur d’exemple

En arpentant le lieu dont les vitraux ornés de symboles diffusent une lumière magique, Guy Bensoussan relève de nombreuses dégradations dues au passage corrosif du temps. Peintures écaillées, carreaux cassés, sol vétuste… Le montant de la restauration, dont la partie la plus visible est pour le moment la façade, s’élève à 1,5 million d’euros. Si la mairie de Lille, propriétaire, joue le jeu et « assure le clos et le couvert » (la façade et la toiture), de nombreux mécènes, partenaires institutionnels, privés, seront sollicités. « Nous lancerons en septembre une campagne de collecte de fonds pour soutenir la restauration », glisse Guy Bensoussan.

Le cahier des charges prévoit, à partir d’études faites en laboratoire et diverses enquêtes, notamment auprès du service des archives, d’assurer une restauration à l’image de ce qu’était la synagogue à sa construction. Le souci du détail sera poussé à l’extrême. La structure métallique, si cela se confirme, retrouvera la couleur verte de son époque. « Plus que l’argent, nous recherchons une valeur d’exemple pour les monuments religieux qui représentent une certaine idée de la République… » Guy Bensoussan rappelle, dans la foulée, que « le souci de la communauté juive a été l’intégration (y compris via l’architecture) et non l’assimilation », drapeaux français et européens à l’appui lors de chaque célébration.

L’itinérance

« Sous le Premier Empire, la communauté juive de Lille – que son président définit aujourd’hui comme plutôt laïque et non réformée – n’a pas les moyens de louer et encore moins d’acheter un local qui pourrait servir de synagogue… Jacob Salomon, dès le début des années 1800, met une pièce de son logement à disposition, rue des Fossés », découvre-t-on dans l’ouvrage très documenté de Danielle Delmaire… « Il faudra attendre 1838 pour que la communauté juive parvienne à louer une maison rue du Palais de Justice ; 1845 pour qu’elle y installe son lieu de prière dans une maison au 5, rue des Prisons… », poursuit l’auteure. Maison qui fera l’objet d’attaques antisémites.

En août 1885, le conseil municipal accordera gratuitement un lot pour la construction « d’un temple israélite », à la condition que le bâtiment appartienne à la ville. Les hospices de Lille réclameront le terrain. Un autre lot sera consenti en mai 1886, aujourd’hui le 5 de la rue Auguste-Angelier, qui jouxte Sciences-Po Lille. Les premiers travaux de construction seront effectués en 1890-1891. « Les travaux de rénovation devraient être terminés en 2020 », boucle Guy Bensoussan.

Une campagne de collecte de fonds sera lancée du 20 au 22 septembre, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine sur charidy.com/patrimoine ou par chèque à l’ACI, 1/3, rue des 7 Agaches, 59000 Lille. « La synagogue de Lille d’hier et de demain », de Danielle Delmaire, sous la direction de Guy Bensoussan.

ILS ONT DIT

Haïm Korsia, grand rabbin de France  : « Cette synagogue a la particularité d’être établie au cœur de la Cité, non loin d’un temple protestant et d’une église catholique. Elle s’incarne dans un édifice singulier, inscrit à l’inventaire des monuments historiques. Le bâtiment est reconnaissable de loin grâce à la superbe étoile de David qui orne sa façade et accueille régulièrement en son sein des conférences ouvertes à un large public… »

Martine Aubry, maire de Lille  : « Nous avons voulu, par des travaux de rénovation, témoigner de notre reconnaissance à l’égard du dynamisme actuel de la communauté juive lilloise qui rayonne bien au-delà des frontières des croyants, grâce à une vie culturelle intense, incarnée entre autres par des cycles de conférences qui attirent un large public. »

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.