Lu dans la presse
|
Publié le 20 Mars 2018

#France - Six ans après les attentats, Toulouse a rendu hommage aux victimes

Six ans après la tuerie de l'école juive Ozar Hatorah, rebaptisée Ohr Torah, deux cérémonies ont eu lieu lundi 19 mars à Toulouse.

A télécharger : Les 3 pages du discours de Nicole Yardeni, Présidente d'Honneur du Crif Toulouse-Midi-Pyrénées 

Publié le 19 mars 2018 sur le site de France Info sous le titre Six ans après les tueries de Merah, Toulouse rend hommage aux victimes

"Une vie, mille vies ne suffiraient pas à dire l'absence, le manque, la douleur qui accompagnent chaque jour chacun de nos pas". Dans la cour de l'école Ozar Hatorah, rebaptisée Ohr Torah, le directeur Yaacov Monsonego tente une nouvelle fois ce lundi de mettre des mots sur ce qui s'est passé ici le 19 mars 2012. Ce jour-là, il a perdu sa fille Myriam, tuée par Mohamed Merah. Avant elle, le tueur au scooter avait abattu un enseignant de l'école, Jonathan Sandler et ses deux enfants Arieh et Gabriel. Il avait également blessé un jeune homme de 15 ans.

Six ans plus tard, c'est dans cette même école et dans un silence recueilli que Toulouse rend le premier hommage de la journée aux victimes de Merah.

Le 19 mars 2012, un funeste lundi

Enfants de l'école, enseignants, parents d'élèves, proches des victimes, membres de la communauté juive, élus locaux, une foule compacte est rassemblée dans la cour de l'école juive, "La cour appartient aux enfants" dit au micro Pierre Lasry, représentant des parents d'élèves, "cette cour, c'est la leur. Elle retentit encore de leurs cris, de leurs courses, de leurs gestes. D'autres gestes, indésirables ceux-là, innommables et d'autres cris ont suspendu le temps ici, il y a six ans, un lundi pareil à celui-ci".  

Une autre cérémonie square Charles de Gaulle

Comme chaque année, une autre cérémonie a eu lieu à midi au square Charles de Gaulle pour rendre hommage à toutes les victimes de Mohamed Merah. Elle s'est achevée par une minute de silence.

Dix jours de triste mémoire à Toulouse

Entre le 11 et le 19 mars 2012, le jihadiste Mohamed Merah prend pour cible l'armée et la communauté juive au cours d'une sanglante épopée. Le 11 mars 2012, il tue à Toulouse le maréchal des logis chef Imad Ibn Ziaten, 30 ans. Le 15 mars, à Montauban, il assassine le caporal Abel Chennouf, 25 ans et le 1ère classe Mohamed Legouad, 23 ans. Grièvement blessé, le 1re classe Loïc Liber, 27 ans, est depuis tétraplégique. Enfin, le 19 mars, celui qu'on appelle le tueur au scooter attaque l'école confessionnelle toulousaine, Ozar Hatorah où il exécute Jonathan Sandler, un professeur de religion de 30 ans, ses deux fils Arieh, 5 ans, et Gabriel, 4 ans, ainsi que Myriam Monsonégo, 7 ans, la fille du directeur et blesse un autre élève de 15 ans, Bryan. 
Merah, qui se proclamait "combattant d'Al-Qaïda" et filmait ses actes avec une caméra GoPro, est abattu par les forces de l'ordre le 22 mars à Toulouse.
Deux hommes, son frère Abdelkader Merah et Fettah Malki, ont été condamnés pour association de malfaiteurs terroriste par la cour d'assises spéciale de Paris à l'automne dernier. Le parquet général ayant fait appel, un nouveau procès doit se tenir en 2019. 

Le Crif vous propose :

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.