Lu dans la presse
|
Publié le 3 Avril 2019

France/Haine - "Le plus traumatisant, c’est l’humiliation" : Julia, transgenre agressée à Paris, se confie

Violemment agressée place de la République à Paris, Julia livre son témoignage. Le Crif est tout à fait révolté par cette expression de haine. Le Crif rappelle que chaque haine doit être combattue selon ses spécificités propres, sans hiérarchie de son importance vis-à-vis d'une autre.

Publié le 2 avril par L'Obs

« Ils ne m’empêcheront pas d’être qui je suis. » Victime d’une agression transphobe, dimanche place de la République à Paris, Julia a décidé de livrer son témoignage, encouragée en cela par les très nombreux messages de soutien survenus après la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux :

« Ça m’a fait du bien, indique-t-elle. Car on a l’impression que tout le monde est contre soi. Mais tout n’est pas perdu et il faut se battre. »

C’est donc pour mieux sensibiliser le public aux agressions dont sont victimes les transexuel(le)s et transgenres, pour « faire bouger les choses » comme elle le dit, qu’elle s’est confiée au «Parisien » et au Huffington Post.

Les insultes et les agressions ont commencé avant le début de la vidéo. Il est entre 19 heures et 20 heures, et Julia se dirige vers l’entrée du métro après avoir passé un moment aux abords du Canal Saint-Martin. Mais trois hommes lui bloquent le chemin, raconte-t-elle :

« L’un d’eux m’interpelle et me dit :  T’es un homme toi ! 
 Je ne lui réponds pas et cherche à passer. Il se décale pour de nouveau me bloquer le passage et me dit : Je t’ai posé une question, tu réponds ! Tu passeras pas ! 
Un autre me dit: ’Mais t’as des seins’ et me touche la poitrine. Je le repousse et lui dis de ne pas me toucher. 
Un troisième sort alors son sexe en le secouant et en disant que j’allais lui faire plaisir. Pendant ce temps, on me jetait de la bière. »

Julia fait demi-tour et remonte les marches, comme on le voit sur la vidéo. Ce que les images ne montrent pas, dit-elle, c’est qu’elle a aussi été giflée par l’homme qui l’ébouriffe. Raison pour laquelle elle s’approche de lui : « J’ai voulu me défendre. » Elle confie d’ailleurs avoir eu mal plusieurs jours au côté gauche du visage.

« Ils m’ont appelée ’Monsieur’ »

Des agents de la RATP s’interposent et conduisent Julia dans leurs locaux. Mais l’humiliation ne s’arrête pas là :

« Même avec eux j’ai été humiliée. Ils m’ont appelée ‘Monsieur’, puis m’ont demandé pourquoi j’étais sur la place de la République pendant cette manifestation, vu les dangers que cela pouvait comporter pour moi, affirme-t-elle. 
Ils m’ont ensuite dit : ’il ne faut pas s’habiller comme ça, Monsieur’, sous-entendant que si je n’avais pas mis ce short, je n’aurais pas été agressée.
 »

Agée de 31 ans, Julia dit avoir l’habitude des insultes. Mais cette fois, elle est profondément ébranlée :

« Le plus traumatisant ce n’est pas les coups ou la douleur, mais l’humiliation. C’est ça qui est le plus dur à gérer. C’est un choc psychologique, je me suis sentie salie. »« Je suis transgenre, ça perturbe les gens. Cette attaque m’a d’autant plus choquée que c’est très récent pour moi, cela ne fait que cinq mois que j’ai commencé ma transition et que je prends des hormones. J’avais réussi à avoir confiance en moi et là ils ont tout détruit. »

Une enquête a été ouverte dimanche pour violences commises à raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre de la victime. Julia indique qu’elle portera plainte mercredi, « pour que ça n’arrive pas à d’autres ».

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.