Lu dans la presse
|
Publié le 17 Mai 2019

France/Mémoire - Simone Veil en Marianne de Lego

L’artiste Brikx a représenté le visage de la rescapée de la Shoah sur l’ancienne mairie de Champigny, avec des petites briques en plastique, à l’occasion du festival d’arts urbains.

Publié le 16 mai dans Le Parisien

La première fois que Brikx a mis les pieds dans une classe de CM 2 de l’école Maurice-Thorez, les élèves n’avaient qu’une vague idée de Simone Veil. Une poignée évoquait « une femme politique », d’autres (plus nombreux) se souvenaient d’un visage peint au pochoir sur des boîtes aux lettres et recouvert d’une croix gammée.

Les tags, symboles d’une recrudescence des actes antisémites en début d’année, ont agi comme un déclic pour Brikx. « C215 [le pochoiriste] est un ami, explique Brikx, l’artiste originaire de Charenton. Quand j’ai vu ça, je me suis dit que je devais faire quelque chose de fort, en réponse à toutes ces violences. »

Le résultat : le visage de Simone Veil, en Marianne, constitué de près de 20 000 petites briques en plastique. Un matériau dont Brikx s’était déjà servi pour des portraits d’augustes personnes du début du XXe siècle.

L’œuvre, solidement accrochée au mur de l’ancienne mairie, compte parmi les créations apparues dans la ville à l’occasion de la deuxième édition du festival d’arts urbains, organisée ce week-end. « C’est mon ADN ça, rebondit le Charentonnais. Sortir des galeries, exposer dehors, à la vue de tous, et en premier lieu de ceux qui n’ont pas pour habitude d’aller dans les musées. »

Il a aussi été question dans la salle de classe Maurice-Thorez d'éducation à l'art. Une leçon d’art et d’histoire : «En sortant, ils savaient qui était Simone Veil. Pour moi, le pari est gagné.»

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.