Lu dans la presse
|
Publié le 11 Juillet 2016

#Internet - Facebook face à la difficile gestion de la violence en direct

Y a-t-il des standards sur la captation de la mort sur Facebook Live?

En ce début juillet, des lives Facebook ont montré des scènes dramatiques et très violentes, mettant le réseau social dos au mur.

Par Vincent Manilève, publié dans Slate le 8 juillet 2016
 
Ce mercredi 6 juillet, alors qu’ils conduisaient leur voiture à Falcon Heights, dans le Minnesota, Philando Castile, sa petite amie et sa fille sont stoppés par la police. Les agents ont remarqué un phare cassé et veulent vérifier les papiers du conducteur. Alors qu’il cherche à mettre la main dessus, Castile précise qu’il a une arme et un permis de la porter. L’un des policiers va alors lui tirer quatre balles dessus, à bout portant. Sous le choc, sa petite amie, Diamond Reynolds, décide d’utiliser l’application Live de Facebook et de diffuser en direct ce qu’il se passe sous ses yeux.
 
«Oh mon Dieu, ne me dites pas qu’il est mort, ne me dites pas que mon petit ami s’en est allé juste comme ça […] Vous lui avez tiré quatre balles dessus, monsieur», s’exclame-t-elle avant de montrer son compagnon avec un T-shirt ensanglanté.
 
Aujourd’hui, la vidéo (très violente) est toujours disponible en ligne et compte 4,9 millions de vues et plus de 300.000 partages. Pour la visionner, il faut passer outre un message qui prévient l’internaute: «Attention, vidéo graphique. Les vidéos ayant un contenu explicite peuvent choquer, offenser et perturber. Voulez-vous vraiment voir ça?»
 
Cette vidéo relance le débat tragique autour de la mort de nombreux noirs américains tués sans raison par la police et exacerbe un peu plus les tensions. D’autant plus que, deux jours plus tôt, un autre homme noir a été tué par un policier dans des conditions tout aussi troubles. Mais cette affaire, par la façon dont le monde l’a vécue sur internet en direct, soulève également un autre débat: celui de la gestion des Lives sur le réseau social Facebook.
 
«Souci technique»
 
Cette fonctionnalité est essentielle pour l’entreprise, et ce, dès les prémices de son lancement à l’été 2015 pour les célébrités. Les investissements ont été énormes pour valoriser cette nouvelle fonctionnalité. Au début du mois d’avril 2016, lors du lancement pour tous les utilisateurs, le PDG de Facebook Mark Zuckerberg expliquait à Buzzfeed News avoir «construit cette grosse plateforme technologique pour soutenir tout ce que les gens veulent communiquer, et à leur façon, que ce soit émotionnel, brut ou viscéral». 
 
Donner la possibilité aux gens de diffuser en direct, sans censure et sans filtre ce qu’il se passe autour d’eux est un défi incroyable pour le site, habitué à exercer un contrôle très approfondi des contenus sur sa plateforme. Seulement voilà, et c’est une évidence, la diffusion Live donne aussi la possibilité de diffuser des contenus potentiellement choquants. Mark Zuckerberg ne pouvait pas ignorer que ce genre de contenus allait apparaître quand il a donné le feu vert au projet, surtout avec plus d’un milliard d’utilisateurs de l’autre côté des serveurs.
 
Or la façon dont Facebook a réagi à la vidéo live de Diamond Reynolds a été terrible. Et encore plus parce qu’elle témoignait de violences policières à l’égard d’un homme noir. Immédiatement après la diffusion en direct, la vidéo a été bloquée pendant au moins une heure. Facebook évoquait alors des difficultés techniques dans une réponse au Telegraph. «Nous sommes vraiment désolés que la vidéo soit inaccessible… Elle a été retirée à cause d’un souci technique et remise en ligne dès que nous avons pu enquêter.» Face à cette suspension temporaire, et étant donné le contexte, des rumeurs ont commencé à émerger, accusant la police d’avoir voulu effacer la vidéo, parce qu’elle pourrait être utilisée comme preuve de l’exaction du policier, alors que la vidéo en direct d’un homme présent lors de la fusillade de Dallas, qui a provoqué la mort d’au moins cinq policiers et d’un civil, n’a, elle, pas été suspendue; même si elle ne montrait pas de personnes blessées ou mortes, certains internautes ont vu ce deux poids-deux mesures comme une prise de parti pour la police.
 
Ces deux vidéos sont différentes mais, comme le souligne Buzzfeed sur son site, elles posent un nombre infini de questions. «Comment fait Facebook lors d’événements comme la fusillade de la nuit dernière? A-t-il développé un protocole pour ces situations? […] Y a-t-il des standards sur la captation de la mort sur Facebook Live? Quelle est la différence entre un meurtre avec une arme et un accident (disons un accident de voiture où quelqu’un meurt)?» En effet, on peut légitimement se demander si Facebook sait où se placer sur des sujets aussi sensibles. Il est en tout cas impossible que l’entreprise ignore l’importance que ses Lives ont pris dans le quotidien de son milliard d’utilisateurs... Lire l'intégralité.
 
A lire aussi, sur ce sujet : Mort en direct : la position intenable de Facebook (BFMTV)

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.