Lu dans la presse
|
Publié le 2 Novembre 2012

Intervention du Premier ministre de l’Etat d’Israël - Cérémonie d’hommage aux victimes de l’attentat du 19 mars 2012

Ecole Ohr Torah -Toulouse– Jeudi 1er Novembre 2012

Adapté par JSS News

 

La vengeance pour le sang d’un petit enfant, Satan lui-même ne l’a pas élaboré », écrit notre poète national Chaim Nachman Bialik, à la suite du progrom de Kishinev en 1903.

 

40 ans plus tard, sur le sol européen, les nazis ont massacré un million et demi d’enfants juifs. Et en 2012, ici, à Toulouse, un meurtrier, alimentée par la haine même brûlante, a massacré trois petits enfants juifs – 8 ans Miriam Monsonego, 6 ans Sandler Arieh, son petit frère, 3 ans, Gabriel Sandler, et Jonathan leur père.

Je suis arrivé de Jérusalem, la capitale éternelle du peuple d’Israël, pour dire – au visage de tous ceux qui haïssent Israël – trois mots clairs: Am Israël Chai!

S’il le pouvait, il aurait assassiné chaque enfant juif qu’il rencontra, tout comme les nazis.

 

Cependant, il y a deux différences importantes entre les massacres commis dans le passé contre le peuple juif et le crime odieux qui a été commis ici.

 

La première différence est que, durant la période sombre du nazisme et des pogroms qui l’ont précédé, la majorité des gouvernements européens n’a rien fait pour lutter contre l’antisémitisme meurtrier, et certains ont même coopéré avec.

 

Aujourd’hui, mon ami, le président de la France, François Hollande, se tient ici, parlant fermement contre l’antisémitisme et luttant résolument pour l’éliminer.

 

Mon ami, votre présence ici aujourd’hui témoigne de l’esprit de la Résistance, de l’esprit d’opposition au mal et de la tyrannie – ce même esprit défendu par les principaux dirigeants en France de Jean Moulin au Président de la France d’aujourd’hui.

 

Monsieur le Président, comme votre prédécesseur, vous avez dit hier que ceux qui attaquent les Juifs de France, attaquent la nation française toute entière, et c’est précisément ce que l’histoire a montré.

 

L’histoire nous enseigne que le fléau de l’antisémitisme peut commencer par les attaques contre les Juifs, mais se propage rapidement plus loin avec d’autres attaques.

 

Ceux qui n’ont aucun respect pour les droits de l’homme des Juifs, foulent brutalement aux pieds les droits fondamentaux d’autrui.

 

Et si vous ne parvenez pas à éteindre la flamme de l’antisémitisme quand elle démarre, cela devient un grand feu qui consume tout ce qui se trouve sur son chemin.

 

Ce n’est pas par hasard que le meurtrier a tué à Toulouse, non seulement les Juifs, mais aussi des soldats français, sans discrimination – des chrétiens et des musulmans. La haine de ces assassins barbares menace non seulement les Juifs, mais la civilisation tout entière.

 

Ceux qui cherchent la raison de cette haine ne comprennent pas que pour ces meurtriers, la haine trouvera toujours des raisons.

 

Cependant, il existe aujourd’hui un leader en France qui comprend un principe de base:

 

Rien ne justifie l’antisémitisme et le racisme.

 

Rien ne justifie l’assassinat d’enfants.

 

Rien ne justifie la terreur.

 

Et rien ne justifie le ciblage de la communauté juive française – fier, de la communauté enracinée, qui, depuis Rachi il y a 1.000 ans, a grandement contribué à la fois le peuple juif et au peuple français.

 

Et il y a autre chose qui a changé depuis les terribles crimes qui ont été commis contre notre peuple pendant le siècle dernier.

 

Aujourd’hui, le peuple juif a un Etat!

 

Aujourd’hui, le peuple juif a une armée!

 

Et aujourd’hui, après 2.000 ans, le peuple juif a le pouvoir de se défendre et de défendre son pays contre ceux qui cherchent à nous rayer de notre terre. C’est ce que nous avons aujourd’hui!

 

La Haggadah de Pessah est ainsi écrite: «à chaque génération, ils se lèvent contre nous pour nous détruire, et le Saint béni soit-Il, nous sauve de leurs mains ».

 

La même chose est vraie dans notre génération.

 

Les assassins terroristes, comme le meurtrier de Toulouse, cherchent à briser notre esprit et à détruire notre peuple.

 

Mais il ne nous ne cassera pas. Parce que nous tenons sur les épaules de 200 générations de Juifs.

 

Je suis arrivé de Jérusalem, la capitale éternelle du peuple d’Israël, pour dire – au visage de tous ceux qui haïssent Israël – trois mots clairs: Am Israël Chai!

 

Disons-le tout ensemble à haute voix, afin que nos voix soient entendues partout où la terreur a frappé notre peuple. A Toulouse, Burgas, Mumbai et Buenos-Aires, à Ma’alot, au Dolphinarium de Tel-Aviv et dans la maison de la famille Fogel à Itamar: Am Israël Haï (Le peuple d’Israël est vivant!).”

 

(Puis le premier ministre se met à chanter, avec l’assistance, la petite chanson populaire « Am Israël Haï »…)

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.