Lu dans la presse
|
Publié le 18 Mars 2020

Israël - Coronavirus : le Shin Bet confirme l'utilisation d'outils de surveillance de la population

Mardi aprés-midi, le Shin Bet (service de sécurité intérieure israélien) a confirmé au Jerusalem Post qu'il avait commencé la surveillance des citoyens infectés par le coronavirus.
Publié le 18 mars 2020 dans The Jerusalem Post sous le titre Shin Bet confirms it is currently using surveillance tools
 
Résumé et traduction proposés par le Crif
 
Mardi aprés-midi, le Shin Bet (service de sécurité intérieure israélien) a confirmé au Jerusalem Post qu'il avait commencé la surveillance des citoyens infectés par le coronavirus. 
Le directeur du Shin Bet, Nadav Argaman, a publié un communiqué expliquant que la fameuse agence commencerait bientôt à fournir des informations sur les citoyens infectés par le Coronavirus au ministère de la Santé.
Cette déclaration est intervenue après que le gouvernement ait approuvé à l'unanimité la demande du ministère de la Santé d'utiliser des outils numériques de lutte contre le terrorisme pour suivre les mouvements des patients atteints de Coronavirus.
 
La décision a été votée pendant la conférence téléphonique qui se tenait pour l'adhésion aux nouvelles directives du gouvernement interdisant à plus de 10 personnes de se réunir.
Nadav Argaman a souligné que le Shin Bet ne serait pas impliqué dans l'application des règles de quarantaine et que cela serait toujours fait par la police.
Il a également déclaré que le Shin Bet ne conserverait aucune des informations qu'il recueille sur les téléphones portables des personnes, concernant leur emplacement ou autre, après avoir transmis les informations au ministère de la Santé.
 
Le chef du Shin Bet a précisé que son agence avait été invitée à remplir ces fonctions, mais n'avait pas cherché à le faire et ne voudrait pas les remplir plus longtemps que nécessaire sur le plan médical.
 
Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a publié une déclaration défendant la décision de son gouvernement d'autoriser la surveillance du Shin Bet des citoyens concernant le coronavirus.
Benjamin Netanyahou a réagi face aux dirigeants du Parti Bleus Blancs Benny Gantz et Gabi Ashkenazi qui qualifiaient cette décision de "manque de transparence" et de "vol politique".
"Parce que la pandémie se propage à un rythme incroyablement rapide, le report de l'utilisation de ces outils pourrait provoquer la mort d'un très grand nombre d'Israéliens", a déclaré Benjamin Netanyahou, faisant référence à l'Italie et à d'autres pays.
 
De son côté, Benny Gantz a déclaré que nous vivions des moments exceptionnels qui, malheureusement, nécessitent des mesures exceptionnelles afin de sauver des vies, mais il a estimé que la décision du gouvernement allait trop loin. "Nous ne pouvons pas renoncer à la transparence", a t-il déclaré. "Le Parti Bleu Blanc insistera pour que le Comité des affaires étrangères et de la défense, ainsi qu'un sous-comité spécial Corona, le Comité des finances et d'autres sous-comités soient enrôlés immédiatement pour superviser le processus et approuver le type de réglementation de surveillance si critique à ce stade." 
 
Mardi également, le procureur général Avichai Mandelblit a fait savoir qu'il avait donné son feu vert au gouvernement afin d'autoriser le Shin Bet à aller de l'avant sans l'approbation de la Knesset et a expliqué dans sa déclaration que la situation devenait si grave que le pays pouvait n'attendez plus l'approbation du Parlement.
 
La députée travailliste-Meretz Merav Michaeli a utilisé un langage encore plus dur pour critiquer la décision, qui, selon elle, a été faite pour servir Benjamin Netanyahou et non pour servir la lutte contre le coronavirus.
"Les citoyens d'Israël ne sont pas des terroristes", a-t-elle déclaré. "Rien ne justifie de telles mesures extrêmes et dangereuses."
 
Tard mardi soir, la Haute Cour de justice a rejeté une demande de gel de la surveillance par le Shin Bet des citoyens infectés par le coronavirus, mais a accepté de tenir une audience sur la question jeudi.
Le juge Noam Sohlberg a ordonné à l'État de répondre à la pétition pour obliger la surveillance contraignante de l'implication du Shin Bet par la Knesset.
L'avocat Shahar Ben Meir, conjointement avec le Mouvement pour les droits numériques, a déposé mardi la pétition demandant au tribunal de suspendre la surveillance du Shin Bet jusqu'à la signature de la Knesset.
 
Mardi soir également, l’État a déposé une réponse à la décision de la Haute Cour défendant le ministre de la Justice par intérim, Amir Ohana, samedi soir, de placer les tribunaux en état d’urgence, y compris le résultat très controversé du report du procès de Benjamin Netanyahou au 24 mai.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.