Lu dans la presse
|
Publié le 6 Juillet 2017

#Israel - Des jeunes d’Aubervilliers posent des jalons pour la paix en Israël

Une délégation de jeunes et de travailleurs sociaux, dont 14 d’Aubervilliers, a passé une semaine en Israël et dans les territoires palestiniens. Un voyage initiatique et une occasion de trouver les ressorts du vivre ensemble.

De notre envoyée spéciale en Israël

Ils forment un véritable plan de paix à eux deux : Henri Cohen Solal, 68 ans, psychanalyste et fondateur de Beit Esther, une institution qui œuvre auprès des populations défavorisées en Israël, et Nour-Eddine Skiker, président de l’association Jalons pour la paix. Ensemble, ils ont conçu, en partenariat avec l’union des étudiants juifs de France (UEJF), un voyage un peu fou en Israël et en Cisjordanie avec une délégation d’une quarantaine de jeunes de Seine-Saint-Denis — dont 14 d’Aubervilliers — et de travailleurs sociaux d’Ile-de-France.

Dans cette région qui est autant une terre de fantasmes que de haines, la démarche est assez inédite. Dès le départ, une jeune fille, membre du conseil local des jeunes d’Aubervilliers, ose la sincérité : « Nous avons grandi avec les clichés du juif qui spoliait les Arabes. On a vécu un véritable lavage de cerveau. »

Pour contrecarrer ces croyances, Henri Cohen Solal a une recette simple : aller voir de plus près ce qui se passe. A Neve Shalom, petit village mixte juif et arabe, ou bien à Abu Gosh, où musulmans, juifs et chrétiens vivent en harmonie, mais aussi dans des zones plus sensibles comme Jérusalem. « Nous allons rencontrer ceux qui ne se sont pas laissés gagner par un discours de haine », annonce-t-il. C’est le fil conducteur de ce périple.

Publié dans Le Parisien le 5 juillet 2017, lire l'intégralité ici

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.