Lu dans la presse
|
Publié le 3 Novembre 2017

#Israel - Israël versus Hezbollah : guerre psychologique sur les réseaux sociaux

A la grande satisfaction d’Israël, le Congrès américain a considérablement durci les sanctions financières contre le Hezbollah libanais, et le FBI a mis à prix pour 7 et 5 millions de dollars, la tête de deux hauts responsables militaires du parti chiite.

Le nouvel épisode de cette guerre psychologique a été déclenchée le 1er octobre 2017 par le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a appelé, dans un discours, « tous les juifs non sionistes à quitter la Palestine occupée », pour ne pas faire les frais du prochain conflit dans lequel va les entraîner, selon lui, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu.

Cette mise en garde destinée à l’opinion publique israélienne a été relayée en boucle par les médias proches du Hezbollah et sur les réseaux sociaux.

Israël a réagi indirectement à la charge de Nasrallah - dont le but évident est de saper le moral de la population - trois semaines plus tard.

Dans un geste inhabituel, le porte-parole de l'armée israélienne, Avichay Adraee, a publié, le 23 octobre sur sa page Facebook, l'image d'un quinquagénaire en uniforme militaire, présenté comme le responsable du Hezbollah dans le sud de la Syrie et dans le Golan. L’officier israélien donne le nom et le surnom de ce commandant, le prénom de son épouse et le nombre de leurs enfants.

Publié dans RFI le 2 novembre 2017, lire l'intégralité ici

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.