Lu dans la presse
|
Publié le 16 Septembre 2020

Israël - Les traités de paix entre les Émirats arabes unis, Bahreïn et Israël sont signés

Marquant "l'aube d'un nouveau Moyen-Orient", le Premier ministre Benjamin Netanyahu a signé mardi des accords de normalisation historiques et révolutionnaires avec les Émirats arabes unis et Bahreïn.

De gauche à droite: le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn Abdullatif Al Zayani, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président américain Donald Trump et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis (EAU) Abdullah bin Zayed participent à la cérémonie de signature des accords d'Abraham. 15 septembre 2020 (crédit photo: REUTERS / TOM BRENNER)

Publié le 15 septembre dans The Jerusalem Post 

Traduction proposée par le Crif

"C'est une journée incroyable pour le monde", a déclaré le président américain Donald Trump au début de la cérémonie.   

Le courage des dirigeants israéliens et arabes a permis à ces pays "de faire un grand pas en avant vers un avenir où les gens de toutes confessions vivent ensemble dans la paix et la prospérité", a déclaré Donald Trump.

Le texte de l'accord de paix avec les Émirats arabes unis et la déclaration de paix avec Bahreïn n'ont pas été mis à la disposition du public avant la signature. Selon les détails que les responsables israéliens ont divulgués avant la cérémonie de signature, les accords n'entreront pas en vigueur tant que le cabinet israélien ne les aura pas ratifiés, et les responsables des EAU ont déclaré qu'il y aurait des références à une solution à deux États.

Le président a ajouté que les accords d'Abraham - comme il les a appelés - ouvraient la porte aux musulmans, aux juifs et aux chrétiens "pour vivre ensemble, prier et rêver ensemble". Il a souligné que les musulmans du monde entier visiteraient les lieux saints en Israël, y compris la mosquée Al Aqsa sur le mont du Temple à Jérusalem.

Benjamin Netanyahu a ensuite pris la parole, rappelant au public que les Juifs ont prié pour la paix pendant des milliers d'années et que les citoyens d'Israël l'ont fait pendant des décennies. Cette journée "apporte de l'espoir à tous les enfants d'Abraham", a-t-il dit.

"A tous les amis d'Israël au Moyen-Orient - ceux qui sont avec nous aujourd'hui et ceux qui nous rejoindront demain - je dis, salaam aleichum, paix à toi, Shalom", a-t-il poursuivi.

"Les bénédictions de paix que nous apportons aujourd'hui seront énormes", a-t-il poursuivi, "d'abord parce que cette paix finira par s'étendre à d'autres États arabes, et finalement, elle pourra mettre fin au conflit israélo-arabe une fois pour toutes". 

Le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed, a exprimé des sentiments similaires, affirmant que "nous assistons aujourd'hui à une nouvelle tendance qui créera une nouvelle voie pour le Moyen-Orient".

Mais il a également souligné que les accords d'Abraham "nous permettront de nous tenir aux côtés des Palestiniens et de concrétiser leurs espoirs d'établir un État palestinien". Il a remercié Benjamin Netanyahu d'avoir "arrêté l'annexion des territoires palestiniens". Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdullatif bin Rashid Alzayani, a également pris la parole.

L'État juif a fait la paix avec deux pays arabes en 72 ans et deux autres en deux mois.

Les deux États du Golfe deviennent les troisième et quatrième pays du Moyen-Orient à reconnaître Israël et à établir des relations diplomatiques formelles avec l'État juif depuis que l'Égypte l'a fait en 1979 et la Jordanie en 1994, redessinant radicalement la carte politique de la région. 

Les dirigeants palestiniens ont réagi avec fureur aux accords, qui ont été conclus avant qu'une résolution ne puisse être trouvée dans leur différend avec Israël. Mais Donald Trump, qui accueillera la cérémonie de signature, et dont l'administration a négocié les accords entre les parties, a prédit que les Palestiniens finiraient par se joindre à la normalisation des relations avec Israël, sinon seront "laissés pour compte".

Ce qu'Israël retire de l'accord est "la paix". Il a poursuivi: "Ils sont fatigués de se battre". Les Israéliens veulent beaucoup la paix, a déclaré Donald Trump, ajoutant que "même Bibi en a assez de la guerre".

Au sujet de la vente d'avions de combat F-35 aux Émirats arabes unis, Donald Trump a simplement déclaré que "nous allons régler cela. Ce sera une chose facile."

Le ministre d'Etat des Affaires étrangères des Emirats Arabes Unis, Anwar Gargash, a déclaré mardi que la décision de son pays de normaliser les relations avec Israël avait "brisé la barrière psychologique" et était "la voie à suivre" pour la région, créant plus de poids.

Plusieurs sources diplomatiques ont laissé entendre que le Sultanat d'Oman - que Benjamin Netanyahu a visité en 2018 - serait le prochain pays à annoncer un accord de normalisation avec Israël. Le chef d'Oman s'est entretenu avec Donald Trump la semaine dernière. L'Arabie saoudite, qui a permis à une délégation israélienne et américaine de traverser son espace aérien en août pour le premier vol direct entre Israël et les Émirats arabes unis, envisagerait également un réchauffement des relations avec Israël, même si les dirigeants saoudiens ont déclaré publiquement qu'ils ne sont pas encore prêts pour une normalisation complète.

"Au lieu de se concentrer sur les conflits passés, les gens se concentrent désormais sur la création d'un avenir dynamique rempli de possibilités infinies", a déclaré le conseiller principal de la Maison Blanche, Jared Kushner, qui a aidé à négocier les accords, dans un communiqué lundi soir.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.