Lu dans la presse
|
Publié le 26 Décembre 2017

#Israel #Shoah - Pourquoi les Juifs nord-africains sont-ils exclus du récit de la Shoah ?

Le racisme et les stéréotypes ont longtemps caché l'histoire de la communauté juive d'Afrique du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale. Un chercheur israélien examine l'absence du sujet dans la culture locale.

Photo : Libyan Jews returning to Tripoli from Bergen-Belsen. Reproduction by Nir Keidar

Publié le 24 décembre 2017 dans Haaretz sous le titre Why North African Jews Are Missing From the Holocaust Narrative

Mon grand-père était une personne très fière. Il n'a pas dit un mot à propos de la Shoah, qu'il avait pourtant bien vécu en Libye ; une fois seulement je l'ai entendu parler de l'Allemagne, un mois après la mort de sa mère. Je l'ai entendu dire que le dos de sa mère avait été brisé dans le camp et qu'à partir de ce moment elle était restée complètement courbée. C'est alors que j'ai compris qu'il y avait eu des nazis là-bas.

Au début, l'implication de ma famille dans cet événement incompréhensible m'a semblé improbable, et plus tard négligeable. À un moment donné, j'ai commencé à approfondir le sujet et j'ai entendu parler du camp de Giado, fermé par une clôture de barbelés, avec des huttes en bois abritant chacune plus de 300 personnes. Environ 2 600 Juifs libyens ont été transportés au camp et soumis au travail forcé. Ils souffraient de la faim et de la maladie et étaient victimes d'abus quotidiens. Beaucoup ont été assassinés - 562 Juifs y sont morts - et des dizaines d'autres ont été envoyés dans des camps de la mort, notamment à Bergen-Belsen.

À ce jour, on ne sait pas si Giado était un ghetto, un camp de travaux forcés ou un camp de concentration. Ce qui peut être dit avec certitude, c'est qu'il y avait beaucoup de camps comme Giado à travers l'Afrique du Nord. Les échos de la guerre se sont également répercutés dans d'autres pays arabes, comme l'Irak, où des pogroms et d'autres incidents violents ont eu lieu.

Tout cela fait partie de l'histoire inconnue des Juifs du Moyen-Orient pendant la Seconde Guerre mondiale - une histoire qui ne fait pas partie du récit de la Shoah tel qu'il est raconté en Israël.

Dans un nouveau livre, Yvonne Kozlovsky Golan, spécialiste de l'histoire du cinéma et enseignante à l'Université de Haïfa, cherche à comprendre pourquoi l'expérience de ces Juifs est absente des médias et de l'art israéliens et ce que signifie cette inconscience. L'idée du livre « Oublié de l'Histoire : l'absence du récit des Mizrahim sur la Shoah dans les arts visuels et les médias en Israël » (publié par Resling, en hébreu), raconte le Dr. Kozlovsky Golan dans une interview avec Haaretz, est née quand elle a réalisé que les Mizrahis qu'elle avait eu comme élèves il y a quelques années au Sapir Academic College de Sderot n'avaient aucune connaissance de l'histoire de leurs communautés, ni même de leurs familles, de la période de l'Holocauste . "Je les ai envoyés interroger leurs familles", dit-elle. "Beaucoup d'entre eux ont découvert alors que leur famille avait été victime de la Shoah. Par la suite, nous avons commencé à chercher des témoignages, des films, des pièces de théâtre, des émissions de télévision. Malheureusement, nous n'avons pas trouvé grand-chose. "

Lire l'article en intégralité

Mon grand-père était une personne très fière. Il n'a pas dit un mot de l'Holocauste qu'il a enduré en Libye; une fois seulement je l'ai entendu parler de la rente, des réparations d'Allemagne, qui, par une cruelle ironie, a commencé à arriver un mois après la mort de sa mère. J'ai entendu dire que le dos de sa mère avait été brisé dans le camp et qu'à partir de ce moment elle était complètement courbée. Donc j'ai aussi compris qu'il y avait eu des nazis là-bas.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.