Lu dans la presse
|
Publié le 14 Novembre 2018

Israël - Un accord de cessez-le-feu conclu entre Israël et Gaza

Un accord de cessez-le-feu a été conclu entre Israël et les factions palestiniennes à Gaza, hier, mardi, sous l'égide de l'Egypte.

Publié le 13 novembre sur le site de i24news

"Les efforts de l’Egypte ont permis d'aboutir à un cessez-le-feu (...) et la résistance le respectera aussi longtemps que l’ennemi sioniste le respectera", ont annoncé dans l'après-midi les factions palestiniennes dans un communiqué conjoint.

Alors qu'Israël avait indiqué suspendre ses pourparlers avec la médiation égyptienne et l'ONU sur un accord de trêve avec le Hamas, la délégation egypto-onusienne a indiqué qu'elle se rendrait dans la bande de Gaza et dans l'Etat hébreu mercredi.

En Egypte, intermédiaire historique à Gaza, le ministère des Affaires étrangères a appelé Israël, dans un communiqué après cette annonce, à "cesser immédiatement toutes les formes d'actions militaires".

Selon une source diplomatique ayant eu connaissance de l'accord, Israël et le Hamas se sont engagés à retourner "aux dispositions de l'accord de 2014", après la guerre meurtrière qui les avait opposés durant l'été de cette année-là.

Cette source a cependant souligné que la situation restait "très précaire" et pouvait exploser "de nouveau".

Tout au long de la journée de mardi, les tirs de roquettes palestiniennes et les frappes israéliennes de représailles se sont poursuivis sans interruption.

Israël a riposté à l'envoi de plus de 460 roquettes et frappé plus de 160 positions terroristes dans l'enclave côtière, a annoncé l'armée.

Des dizaines de milliers d'habitants des localités du sud d'Israël ont passé la nuit de lundi à mardi au rythme ininterrompu des sirènes les précipitant vers les abris ou les y maintenant.

Des dizaines d'Israéliens ont été légèrement blessés, essentiellement par des éclats, ont rapporté les secours.

La plupart des roquettes envoyées depuis la bande de Gaza sont tombées dans des zones inhabitées, a indiqué l'armée. Cependant, plusieurs bâtiments ont été directement touchés, dont l'un à Ashkelon.

Peu après l'annonce du cessez-le-feu, le Koweït et la Bolivie ont demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU mardi pour discuter des violences, selon des diplomates.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.