Lu dans la presse
|
Publié le 10 Avril 2019

Israël/BDS - Boycott : "Airbnb revient sur sa décision"

Le Crif, très impliqué dans la lutte contre le boycott d'Israël, tenait à vous partager les faits suivants : La société Airbnb a annoncé mardi qu’elle annulerait sa décision de retirer les annonces de propriétaires juifs en Judée-Samarie à la suite du règlement du litige Shurat Hadin. Il s'agit là d'une victoire dans le combat face aux mouvements de boycott et à la pression qu'ils exercent.

Le Crif évoquait en novembre 2018 la décision d'Airbnb de retirer de ses listings les logements juifs en Cisjordanie, dans un de ces articles consacré aux actions de boycott. Retrouvez cet article sur le lien suivant : Boycott , focus sur le cas Airbnb.

Publié le 10 avril dans le Jerusalem Post sous le titre ADL, SIMON WIESENTHAL CENTER APPLAUD AIRBNB DECISION NOT TO DELIST W. BANK

Traduction et résumé proposés par le Crif

Des groupes juifs, notamment la Ligue anti-diffamation et le Simon Weisenthal Center, ont applaudi à la décision d'Airbnb de ne pas radier des propriétés situées en Cisjordanie. La société Airbnb a annoncé mardi qu’elle annulerait sa décision de retirer les annonces de propriétaires juifs en Judée-Samarie à la suite du règlement du litige Shurat Hadin.

«Airbnb peut maintenant reprendre son mandat consistant à rassembler des personnes de tous les horizons dans le monde, quelle que soit leur nationalité, leur race ou leur religion», a déclaré Rabbi Abraham Cooper, doyen associé de SWC et directeur de Global Social Action.

Le géant de la location avait déclaré en novembre 2018 qu'il interdirait aux propriétaires juifs vivant en Cisjordanie de faire de la publicité sur son site à la suite d'objections de groupes cherchant à boycotter Israël.

Selon les termes de l'accord de règlement, Airbnb a accepté d'abroger la politique discriminatoire, en résolvant le procès pour discrimination que Shurat Hadin avait intenté devant un tribunal fédéral du Delaware pour le compte d'un groupe de citoyens américains.

 

"D’autres entreprises internationales doivent tirer les leçons de l’erreur d’Airbnb et comprendre que boycotter Israël et discriminer les Juifs est un acte illégal, qui entraînera des conséquences juridiques désastreuses, des condamnations publiques et un embarras"

 

Airbnb a déclaré mardi qu'elle ne tirerait aucun profit de l'activité d'accueil en Cisjordanie et donnerait l'argent gagné aux "organisations à but non lucratif dédiées à l'aide humanitaire au service des populations de différentes régions du monde".

“Airbnb s'est toujours opposé au mouvement BDS. Airbnb n'a jamais boycotté Israël, les entreprises israéliennes ou les plus de 20 000 hôtes israéliens actifs sur la plate-forme Airbnb. ”

Bien que les biens immobiliers soient situés en Cisjordanie, les plaignants ont allégué que la discrimination était commise par Airbnb, qui est tenue de suivre la politique fédérale de non-discrimination où qu'elle opère dans le monde, puisqu'elle est basée aux États-Unis. En raison du litige en cours, Shurat Hadin a déclaré qu'Airbnb n'avait pas mis en œuvre la politique annoncée.

Dans le cadre de la poursuite, les plaignants ont demandé au tribunal d'interdire à Airbnb de se livrer à des pratiques discriminatoires à l'encontre de propriétaires juifs et ont demandé à être indemnisés pour la perte de revenus locatifs.

Toutefois, les demandeurs "soutiennent que toutes les propriétés sont légales. En outre, les plaignants ont affirmé qu'Airbnb avait succombé aux pressions du mouvement de propagande extrémiste Boycott, Désinvestissement et Sanctions qui cherche à délégitimer Israël et à remettre en cause son droit à l'existence."

La présidente de Shurat Hadin, Nitsana Darshan-Leitner, a déclaré: "L'annulation de la politique discriminatoire d'Airbnb est… une défaite puissante pour le mouvement de boycott anti-israélien. Le BDS est une campagne antisémite qui prétend se préoccuper des droits de l'homme mais dont le véritable objectif est de remplacer complètement l'État juif par un État palestinien.

"D’autres entreprises internationales doivent tirer les leçons de l’erreur d’Airbnb et comprendre que boycotter Israël et discriminer les Juifs est un acte illégal, qui entraînera des conséquences juridiques désastreuses, des condamnations publiques et un embarras", a-t-elle ajoutée.

De retour en Israël, le professeur Gerald Steinberg, président de NGO Monitor, a déclaré: "La décision mal avisée d'Airbnb de retirer de la liste des hôtes israéliens était le produit de la pression des ONG et des campagnes BDS, et le renversement de la société constitue une défaite majeure, en particulier pour les droits de l'homme. Regardez comme NGO Monitor et d’autres personnes ont fait savoir à Airbnb que la campagne HRW était moralement, juridiquement et économiquement erronée."

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.