Lu dans la presse
|
Publié le 7 Mai 2020

Israël/Coronavirus - Gestion à poigne et high tech: les armes d'Israël pour vaincre le Covid-19

Dans la lutte contre le Covid-19, Israël fait figure de modèle. Un classement international la place même numéro 1 mondial. Même si le palmarès est sujet à caution, l'Etat hébreu dénombre à ce jour moins de 200 décès pour 8,8 millions d'habitants. Son secret: la gestion à poigne de Benjamin Netanyahu et le recours aux nouvelles technologies de pointe.

Publié le 25 avril dans Challenges

C’est un drôle de classement qui suscite depuis plusieurs semaines controverses et polémiques sur Internet. Le 20 avril, Times of Israel écrivait : "Depuis fin mars, le Premier ministre Benjamin Netanyahu brandit une étude du très obscur 'Deep Knowledge Group', selon laquelle Israël est le pays qui combat le mieux le coronavirus dans le monde." Si ce palmarès, également cité par le magazine Forbes, est sujet à caution, la très respectée Johns Hopkins University confirme les excellents résultats de l’Etat hébreu. Ce samedi 25 avril, il n’enregistrait, depuis le début de la pandémie, que 194 décès du Covid-19 pour une population de 8,8 millions d’habitants. Un chiffre particulièrement bas, si on le compare, par exemple, à la Belgique, pays de 10 millions d’habitants qui totalise 6.679 morts.

Les 2 C : commande et contrôle

Comment expliquer le succès du modèle israélien ?  Deux raisons principales : une gestion à poigne et un recours aux nouvelles technologies. "Pour être efficace face à une pandémie il faut déployer les 2 C : commande et contrôle", indique le virologue et consultant, Alexander Kekulé, ancien conseiller de la chancelière allemande Angela Merkel. Spontanément, "Bibi", le Premier ministre à la longévité record, a suivi cet avis et pris les choses en main, avec d’autant plus d’énergie qu’il tente de faire oublier ses ennuis judiciaires pour corruption.

Dès les premiers jours de la crise, le fringant septuagénaire était à la télévision tous les soirs aux heures de grande écoute. Immédiatement, il multiplié les initiatives, dans ce pays habitué à être sur le pied de guerre. Les autorités ont bouclé très vite les frontières, Israël devenant un des tous premiers Etats à refuser l’accès aux avions en provenance d’Europe. Les mises en quarantaine de passagers arrivés de l’étranger ont été systématiques, la distanciation sociale mise en place dans la foulée, tandis qu’un confinement était imposé mi-mars (avec interdiction de s’éloigner de plus de 100 mètres de chez soi). Depuis le 1er avril, un patient suspecté d’être contaminé doit s’isoler dans un des "corona hôtels" prévus à cet effet.

 
Lire la version entière sur le site Challenges (accessible aux abonnés)
 
 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.