Lu dans la presse
|
Publié le 30 Juin 2020

L'article de presse que vous avez le plus lu cette semaine

Le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) a réagi lundi contre des slogans scandés lors de la manifestation contre l'annexion de territoires palestiniens, organisée à Bruxelles dimanche. Le comité dénonce "des appels à la guerre contre les juifs dans les rues de Bruxelles", ce qui a provoqué la colère de certains.

Cet article avait été publié dans le newsletter du 30 juin 2020. Il est l'article de presse que vous avez le plus lu cette semaine. 

Europe - "Des appels à la guerre contre les juifs dans les rues de Bruxelles" : le CCOJB scandalisé, une enquête est ouverte

Publié le 29 juin dans La Libre (Belgique)

Le CCOJB s'est d'ailleurs dit scandalisé qu'un groupe de manifestants ait crié "Khaybar, khaybar, Ya ya'ud, jaysh Muhammad sawfa ya'ud" ("Khaybar, Khaybar ô juifs, l'armée de Mahomet reviendra"). Ce slogan fait référence à une bataille qui a opposé les premiers musulmans et les juifs au VIIe siècle.

"Un symbole de domination musulmane sur les juifs", dénonce le CCOJB, qui rappelle que la phrase avait donné lieu à une condamnation pénale, confirmée en appel, pour des faits similaires qui s'étaient déroulés à Anvers en 2014.

"Ces slogans n'ont rien à voir avec la liberté d'expression. Ce sont des appels à la haine qui nous font honte et nous inquiètent", a déclaré le président du comité, Yohan Benizri. "Nous allons interpeller le pouvoir politique sur ces faits, et travailler avec tous les acteurs, y compris dans le monde judiciaire, pour mettre un terme à ces dérives inacceptables. Nous attendons une mobilisation citoyenne à ce sujet. Le silence est une violence", a-t-il ajouté.

La Ligue contre l'antisémitisme porte plainte

"Nous avons décidé de porter plainte contre X pour incitation à la haine sur base de l'origine ethnique, afin que la police identifie les manifestants qui ont scandé des slogans antisémites et que la justice fasse son travail", a déclaré le président de la Ligue belge contre l'antisémitisme, Joël Rubinfeld. La ligue réclame également que l'Association belgo-palestinienne (ABP), qui a organisé la manifestation de dimanche, condamne fermement les dérives. "L'ABP doit aussi exclure les personnes à l'origine de ces slogans de leurs prochaines manifestations. Nous les tenons pour responsables sur le plan moral", souligne Joël Rubinfeld.

La ligue appelle les responsables politiques à appliquer la tolérance zéro vis-à-vis de l'antisémitisme. "Nous ne pouvons pas tolérer que les paroles de haine se libèrent dans l'espace public", insiste Joël Rubinfeld. "Nous nous habituons à trop de choses inacceptables quand il s'agit des juifs", signale-t-il.

L'ABP se dit intraitable contre les dérives

L'Association Belgo-Palestinienne a pour sa part dénoncé les calomnies faites à son encontre. Elle rappelle qu'elle a toujours été intraitable face à ce type de dérives et que l'antisémitisme nuit également à la cause Palestinienne.

"Ce dimanche 28 juin, plus de 500 personnes se sont rassemblée place du Trône (Bruxelles) pour signifier leur rejet du projet israélien d’annexer illégalement une partie du territoire palestinien et protester contre la passivité de la communauté internationale face à ce funeste plan. Les organisateurs de ce moment engagé et convivial se réjouissent de ce succès, qui rappelle aux Palestiniens qu’ils trouveront toujours à travers le monde une société civile prête à défendre leurs droits", dit l'association dans un communiqué. Elle ajoute que "un petit groupe d’activistes marginaux s’est malheureusement infiltré dans ce rassemblement pour en dévoyer le mot d’ordre. A notre insu, ceux-ci ont en effet entonné des slogans à caractère antisémite. Outrés par de tels propos, des palestiniens présents ont rapidement alerté les organisateurs et enjoint les trublions à mettre un terme à ces agissements inacceptables. Les organisateurs tiennent à rappeler que la cause palestinienne repose sur la défense du droit et des aspirations à la justice et à l’égalité. Elle est par conséquent incompatible avec toute forme de racisme", ont-ils encore ajouté.

Philippe Close ouvre une enquête

"Il apparaît que durant la manifestation, des individus aient profité de ce rassemblement pour appeler ouvertement à la haine en scandant des propos antisémites. De tels propos sont intolérables et ne reflètent en rien l'esprit de notre capitale où 184 nationalités se côtoient tous les jours. En tant que bourgmestre, je condamne fermement ce type de dérapages. J'ai demandé à polbru d'enquêter sur ces incidents qui n'ont pas leur place à Bruxelles", a affirmé pour sa part le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close ce lundi en fin de journée.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.