Lu dans la presse
|
Publié le 30 Septembre 2020

L'article de presse que vous avez le plus lu cette semaine

L'élu de Seine-Saint-Denis a décidé de saisir la justice après chaque insulte.

Cet article avait été publié dans le newsletter du 30 septembre 2020. Il est l'article de presse que vous avez le plus lu cette semaine. 

France - Victime d'injures racistes et de menaces de mort, le maire de Stains va porter plainte systématiquement

Publié le 29 septembre dans France Info

Lettres anonymes, mails agressifs, commentaires racistes sur les réseaux sociaux... La situation de violence s'est amplifiée depuis quelques mois pour le premier maire d’origine maghrébine en Seine-Saint-Denis, Azzédine Taïb. L'élu attribue ces réactions hostiles à ses origines mais aussi à ses engagements contre les violences policières et à son soutien à la famille d’Adama Traoré. "Le fait que je sois issu d'une famille de parents immigrés et que je porte des combats, on est face à une situation politique et idéologique", constate Azzédine Taïb.

Ce 27 septembre, l'élu de Stains s'est aussi engagé auprès de la députée de Paris Danièle Obono : le maire a répondu à un dessin publié il y a quelques semaines dans le magazine Valeurs Actuelles la représentant en esclave. Sur le mur de la place du Colonel-Fabien, une nouvelle fresque a pris place. Elle représente le visage de la députée de la France Insoumise coiffé d'un bonnet phrygien, assorti d'un slogan choc peint en rouge "La République, c'est aussi nous". 

Des menaces de mort

En plus de ces insultes, Azzédine Taïb subit aussi depuis six mois de menaces de mort. "Regardez bien devant, derrière, sur les côtés... on va venir te crever espèce d'e...  de ta race", écrit l'auteur dans ce courrier. Des menaces qui suscitent une certaine crainte chez Azzedine Taïbi : "Je me dis que ces personnes-là vont certainement un jour passer à l'acte", confie l'élu à nos confrères de France Bleu.

Une plainte systématique

Depuis qu’il est devenu maire de Stains en 2014, Azzédine Taïb (PCF) reçoit une "avalanche" d'insultes racistes. Pour mettre fin à la situation, il a annoncé, jeudi 10 septembre, qu’il portera "systématiquement plainte" en cas d’injures ou de menaces. Il a également saisi le Procureur de la République. Une réaction soutenue par d'autres élus communistes du département. 

A ce jour, les ministères de l'Intérieur et de la Justice n'ont pas encore répondu. L'avocate éditorialiste Raquel Guarrido demande également que l'affaire soit prise rapidement au sérieux. 

 

Le Crif vous propose aussi : 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.