Lu dans la presse
|
Publié le 6 Février 2013

Le parti grec d’extrême-droite Aube Dorée entretient des liens étroits avec les néonazis allemands

 

Le parti grec d’extrême-droite Aube Dorée a noué des contacts étroits avec les néonazis de Bavière, rapporte le quotidien allemand Der Spiegel dans sa version en ligne. Ce groupe politique néonazi qui possède actuellement 18 des 300 sièges du parlement grec est en train de développer plusieurs cellules dans le sud de l’Allemagne et notamment à Nuremberg depuis un an. En outre, Aube Dorée dicte régulièrement des conférences dans cette région. Les services d’intelligence bavarois suivent d’ailleurs de très près ces réunions entre les deux formations extrémistes.

Ces contacts sont alimentés par des visites mutuelles entre les groupes extrémistes européens et par la participation d’Aube Dorée à l’ensemble des événements d’extrême-droite en Europe

 

Une organisation faîtière regroupant les communautés grecques d’Allemagne a demandé à tous les citoyens présents dans ce pays de rejeter les tentatives des néonazis visant à promouvoir « la violence, l’intolérance et le cannibalisme social ».

 

Un porte-parole de la branche bavaroise de l’Office fédéral pour la protection de la Constitution à déclaré au quotidien allemand : « Aube Dorée dispose d’un réseau international de contacts et visitent régulièrement les néonazis bavarois. Ces contacts sont alimentés par des visites mutuelles entre les groupes extrémistes européens et par la participation d’Aube Dorée à l’ensemble des événements d’extrême-droite en Europe ».

 

Enfin, le Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde compare la situation actuelle de la Grèce avec celle de la République de Weimar à la fin des années 1920 lorsque « l'échec de cette dernière, mais aussi la trahison de ses dirigeants et la crise financière de 1929 ont favorisé la montée du nazisme en Allemagne ».

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.