Lu dans la presse
|
Publié le 4 Juin 2012

Les élus du Rhône entre émotion et colère

Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon

 

"Trois jeunes de la communauté juive de Villeurbanne ont été violemment agressés samedi en fin d'après-midi. L'agression dont ils ont été victimes est inadmissible. Elle témoigne de comportements antisémites que nous ne saurions tolérer dans l'agglomération lyonnaise où, depuis des années, avec les responsables des différentes religions et avec toutes les communautés, nous œuvrons pour que chacun puisse vivre dans la concorde et la solidarité. Je condamne avec la plus grande fermeté ces actes d'une extrême gravité et demande que tout soit fait pour appréhender leurs auteurs."

C’est une agression inacceptable et écœurante, qui aurait pu avoir une issue dramatique

Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne

 

"J'ai été informé des incidents intervenus samedi soir entre plusieurs jeunes dont trois jeunes juifs de Villeurbanne. L'un d'eux, blessé au cuir chevelu par un coup de marteau a dû être hospitalisé à la clinique du Tonkin. J'ai été depuis en contact avec le Préfet de la région Rhône-Alpes, M. Jean-François Carenco, et avec le président du CRIF, M. Marcel Amsallem. En l'état actuel des investigations, il semblerait que le caractère antisémite de l'agression soit retenu. Je voudrais d'abord exprimer mon émotion et mon indignation devant de tels agissements. Je souhaite que l'enquête actuellement en cours aboutisse rapidement à l'identification du ou des auteurs de ces violences et qu'ils répondent de leurs actes devant la justice."

 

Pascale Cozon, députée PS de Villeurbanne, 6e circonscription du Rhône

 

"Je condamne avec la plus grande fermeté l'agression antisémite dont ont été victimes samedi trois jeunes gens aux abords de l'école Beth Menahem. Je me félicite de la réaction rapide du gouvernement, qui a rappelé par la voix de Manuel Valls sa détermination à lutter contre toute agression à caractère religieux et à permettre à chacun de vivre son appartenance religieuse en toute sécurité. À Villeurbanne, où coexistent des citoyens de toutes origines et de toutes confessions, des efforts constants sont déployés tant par les responsables des cultes que par le tissu associatif, pour favoriser le dialogue entre les cultures. J'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de soutenir ces initiatives. Nous ne laisserons pas la bêtise de quelques-uns menacer ce travail de fond, qui doit être salué."

 

Philippe Meirieu, vice-président du Conseil régional et candidat EELV/PS sur la 1e circonscription du Rhône

 

“Trois jeunes Juifs ont été attaqués samedi soir, à Villeurbanne, de manière extrêmement brutale et totalement inacceptable. Cette agression barbare doit être dénoncée par tous ceux et toutes celles qui sont attachées aux droits humains fondamentaux. La haine et l'antisémitisme ne peuvent avoir la moindre place dans notre société. La recrudescence des agressions et des manifestations à caractère xénophobe dans l'agglomération lyonnaise, ces derniers mois, appelle à la plus grande fermeté de la part des pouvoirs publics et à la mobilisation de la part de tous les citoyens. La liberté de culte et le respect des différences sont des principes intangibles de notre République, corollaire du principe de laïcité auquel je suis personnellement très attaché. Je tiens à adresser à toute la communauté juive mon chaleureux soutien face à cet acte d’une extrême gravité. Nous ne pouvons tolérer de telles atteintes aux droits imprescriptibles de la personne. Nous ne pouvons accepter de laisser se développer des comportements qui renvoient aux pages les plus sombres de notre histoire. Nous devons aujourd’hui, et sans relâcher l’effort, enseigner le respect et former les jeunes à une citoyenneté digne, solidaire, héritière des Lumières, lucide sur les dangers qui peuvent, à chaque instant, ressurgir du fond des âges et nous entraîner vers la barbarie. Seule une éducation qui associe la connaissance rigoureuse du passé et la réflexion éthique fondatrice sur le respect intangible de l’humain pourra nous permettre d’éradiquer le racisme et l’antisémitisme, de contenir les haines et d’orienter l’énergie des hommes vers la construction de solidarités pour l’avenir. Le terrible ‘fait-divers’ de Villeurbanne nous rappelle que ‘le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde’, selon l’expression de Bertold Brecht. Cela nous impose une vigilance collective et doit nous renforcer dans notre détermination pour construire au quotidien les conditions d’un monde d’où toute forme de racisme et d’antisémitisme sera à jamais bannie.”

 

Emmanuelle Haziza, conseillère municipale de Villeurbanne et candidate de l’UMP sur la 6e circonscription du Rhône

 

“C’est une agression inacceptable et écœurante, qui aurait pu avoir une issue dramatique. Au-delà de l’horreur du geste qui était clairement antisémite, c’est chaque français qui est touché dans sa personne dans cette agression salissant l’honneur et les valeurs de la République. Il est inadmissible que de nos jours des personnes soient délibérément et gratuitement aussi sauvagement attaquées en raison de leur origine. Et ce n’est pas les signaux envoyés par le nouveau gouvernement en terme de politique de Justice qui vont arranger la situation. Le nouveau gouvernement en voulant supprimer les tribunaux correctionnels pour mineur, les peines planchers, la rétention sûreté, préfère s’occuper des délinquants que des victimes. Au local, ce n’est pas la première fois qu’à Villeurbanne de telles agressions se produisent. Rien n’a été fait jusqu’ici pour qu’elles cessent et pour que la tranquillité et l’ordre public soient promus et préservés. L’immobilisme et la politique d’angélisme et de laxisme de la mairie socialiste ne peuvent plus durer, des mesures doivent être prises pour assurer la protection des Villeurbannais. Cela passe par davantage de volontarisme en matière de sécurité, c’est-à-dire des moyens techniques de vidéoprotection et des moyens humains que la Mairie et la gauche locale refusent d’engager. Quand on sait qu’à Villeurbanne, la proportion des dépenses dédiée à la sécurité est de 4%, je signe et persiste : la sécurité est la première des libertés et ne peut pas être un budget au rabais.”

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.