Lu dans la presse
|
Publié le 27 Septembre 2017

#Memoire - Au coeur de la Shoah retentit la sonnerie du chofar

En 1943, Moshe (Ben-Dov) Winterter, était prisonnier dans le camp de travaux forcés nazi de Skarzysko-Kamienna. Il travaillait dans l'atelier de métallurgie d'une usine d'armements locale. En prévision de Roch Hachana, il fabriqua un chofar à partir d'une corne de bélier pour marquer l'entrée dans la nouvelle année.

L'idée de la fabrication du chofar vint d'Yitzhak Finkler, le rabbin de Radoszyce, également prisonnier dans le camp, qui souhaitait ardemment pouvoir observer le commandement consistant à faire sonner le chofar lors du Nouvel An juif. Se procurer une corne de bélier pour la fabrication, comme l'exige la loi juive, ne fut pas chose aisée. En contrepartie d'un pot-de-vin, un garde polonais accepta d'en rapporter une au camp.

En dépit du danger, Moshe Winterter s'acquitta rapidement de sa tâche et apporta le chofar au rabbin la veille de la fête. La nouvelle se répandit et les prisonniers se rassemblèrent le soir même pour prier et écouter le chofar retentir. 

Le chofar de Moshe Winterter se trouve désormais à Yad Vashem - l'Institut international pour la mémoire de la Shoah - aux côtés de dizaines de milliers d'autres objets personnels chargés d'histoire. Certains de ces précieux objets, dont le chofar, sont présentés dans le cadre d'une exposition virtuelle qui propose un aperçu de la façon dont les Juifs célébraient le Nouvel An avant, pendant et immédiatement après la Shoah.

Publié dans Actualité Juive le 26 septembre 2017, lire l'intégralité ici

 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.